Juste des mises au point.

Les leçons non retenues du Covid 19.

Je ne suis pas un professeur de médecine m'exprimant dans les médias mais un simple praticien hospitalier exerçant dans un service de réanimation médicale d'un hôpital universitaire parisien, un médecin dit "senior" du quotidien et il m'était temps de m'exprimer sur la poursuite de l'épidémie actuelle, sur les contre vérités et inepties quotidiennement exprimées.

Trente et un mille morts par rapport aux 150 000 décès par an consécutifs aux cancers, une bagatelle mais il ne faut s'arrêter seulement à ce nombre absolu, il faut aussi chiffrer toutes les victimes non Covid n'ayant pas pu avoir accès aux soins du fait de la quasi monopolisation des lits hospitaliers par les patients infectés, montrant ainsi malgré tous les moyens donnés, repris depuis aux soins intensifs les cruelles limites de notre système de santé depuis plus de 20 ans, en sursis grâce à la dévotion, la conscience professionnelle, le courage, la bonne volonté et la soumission des équipes soignantes ... (jusqu'à quand ?) ...

Ces patients victimes collatéraux se sont manifestés seulement lors du  déconfinement avec des pathologies malheureusement très évoluées sans oublier la décadence physiologique et sociale des plus démunis encore plus criant de vérité durant cette période. Quand on est un bobo socialo parisien converti à des fins purement politiciennes en écolo, du haut de son vélib' électrique, on ne voit pas la vraie vie, celle du caniveau ...

D'autre part, des décisions difficiles et douloureuses ont été prise de la mi Mars à la mi Avril en triant les malades. Le logiciel était celui de la médecine de catastrophe : au delà de 75 ans et/ou multiples co-morbidités pas d'admissions en réanimation. Nous n'avions pas le choix car nous n'avions pas suffisamment de places malgré les 7 000 exceptionnellement déployées. Au vu de ce contexte, une préfecture aurait conseillé au SAMU de ne pas se déplacer dans les EHPAD. Cependant bon nombre de patients non admis en soins intensifs ont survécu, remettant en cause la demande d'admission initiale ...

Deplus, la prise en charge des patients atteints du Covid 19 sous ventilation artificielle n'a guère évolué depuis 6 mois : ce sont des patients "galères", marathonien, hospitalisés un à trois mois en réanimation s'ils ne décèdent pas entre-temps, nécessitant des mises en décubitus ventral afin d'améliorer leur oxygénation et des fibroscopie bronchiques parfois quasi quotidiennement du fait de leurs sécrétions collantes, se surinfectant, avec des évolutions "tango" un pas en avant, deux pas en arrière, un jour on a une impression postive sur l'évolution d'un patient, le lendemain, il se dégrade brutalement ...

Sans compter pour les survivants dont certains sont dénutris et amyotrophiques, de longues semaines de convalescence et de rééducation pour avoir à peine parfois moins de 50 % de la capacité pulmonaire normale ... sous oxygène ... avec des poumons fibrosés ...

Mais la Covid ne donne pas seulement une atteinte pulmonaire, c'est une maladie générale du fait de l'atteinte inflammatoire des petits vaisseaux touchant le coeur, les reins, le cerveau avec des insuffisances cardiaque et rénale, des atteintes neurologiques (troubles mnésiques, de l'idéation ...) et psychiatriques. Elle favorise également la formation de caillots pouvant avoir de graves conséquences (embolies pulmonaires, infarctus du myocarde, AVC).

Actuellement, il n'existe aucun traitement curateur. Quant au vaccin ? Le SIDA attent le sien depuis pres dec40 ans et celui d'AztraZeneca, pourtant "prometteur" a été suspendu hier du fait d'un effet indésirable grave chez un patient. N'en déplaise à l'impatience des médias et de l'opinion, il va falloir du temps pour obtenir le graal à moins d'un miracle à la pénicilline façon Fleming.

Ainsi, je suis exaspéré depuis des semaines par  cette masturbation intellectuelle prétentieuse et bien française sur le port du masque. Nous avons seulement cette seule prévention, la moins efficace étant ceux en tissu, les plus étant les FFP2. Ils nous protégent des autres et nous protégeons les autres aussi bien à l'extérieur et dans les intérieurs. La liberté individuelle s'arrête à l'intérêt du collectif, difficile à comprendre pour un peuple individualiste. Ce message positif du masque a été entaché initialement par l'amateurisme du gouvernement Philippe avec l'aval de notre Napoléon de pacotille, du fait de leur pénurie aggravée par le don gracieux de certains d'entre eux ... à la Chine ... en Janvier dernier ... C'est notre générosité universelle mondialement reconnue ...

Mais, il est désarmant d'observer l'immobilisme de nos dirigeants, de nous mêmes, de nos sociétés. L'impact de cette épidémie pouvait être une chance d'arrêter la course effrénée de la mondialisation capitaliste sauvage, de changer de logiciel, de civilisation, de stimuler nos imaginations. Eh bien non, nous resuivons les mêmes traces ...

Comme c'était l'occasion pour les occidentaux de mettre au pas le régime liberticide et impérial chinois, responsable par sa désinformation initiale de la pandémie actuelle, qu'importe si le virus a émergé d'un marché ou d'un laboratoire P4, financé pour une part par la France. Il est désolant de voir Donald Trump et Boris Johnson agir, heureusement l'Australie et le Canada sauvent la mise ...

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.