La garantie “Macron”

Nous le percevons sans doute avec plus d’acuité depuis l’élection d’Emmanuel Macron : notre République, louée chaque jour par les décideurs politiques, nous protège et veut nous assurer un avenir meilleur et durable.  Le Président y veille et entend sanctuariser un objectif qui pourrait être soumis à référendum après l’approbation du parlement. Ce plébiscite ne ferait qu'entériner une action exemplaire puisqu’ “aucun gouvernement n’a fait autant pour l’écologie”.  Si les Français le décident bravement, l’article 1er de la Constitution mentionnerait alors que " la République garantit la préservation de la biodiversité, de l'environnement et lutte contre le dérèglement climatique."

Depuis quelque temps déjà, le Président a d'ailleurs pris les devants. . .

Afin d’accélérer la nécessaire prise de conscience et la transition vers la société écologiste, il a ainsi été décidé :

  • de distribuer des dizaines de  milliards à des secteurs industriels particulièrement polluants comme l’aérien ou l’automobile  dans le cadre du plan de relance ;
  • de revenir sur l’engagement d’interdire le glyphosate à l’échéance de 2020 car “ ce n’est pas faisable et ça tuerait notre agriculture” ;
  • d’autoriser à nouveau l’usage des néonicotinoïdes pour le traitement de la betterave ;
  • d’engager la France, après la ratification du CETA par la majorité à l’Assemblée nationale,  dans de nouveaux accords de libre-échange comme avec le Vietnam  ou avec le Mexique dans le cadre de l’UE ;
  • de continuer à investir des sommes pharaoniques dans le nucléaire au détriment des énergies renouvelables ;
  • de soumettre la forêt publique française à des impératifs de rentabilité incompatibles avec sa mission première de préservation de la biodiversité (Lire ici) ;
  • de faciliter et accélérer l’implantation des gros entrepôts du e-commerce (LIre ici) ;
  • de permettre aux préfets de déroger à des normes environnementales afin de faciliter les projets industriels (Lire ici);
  • de ne pas frapper d’écotaxe le transport aérien ;
  • de ne pas renoncer à la publicité sur les produits les plus polluants ;
  • de ne pas mettre en place un moratoire sur la 5G afin de pouvoir analyser les répercussions de cette nouvelle technologie sur l’environnement ;
  • de ne taxer au poids que les très gros SUV pesant à vide plus de 1800 kgs  qui ne représentent que 2% du marché environ ;
  • de ne pas s’engager dans un processus de rénovation énergétique globale des logements  
  • etc ; 
  • surtout, plus globalement, d’encourager en permanence les consommations de tous types et de toute nature afin de retrouver le chemin de la croissance.

 

Avec la garantie “Macron”, on peut vraiment s’engager en toute confiance !



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.