Ne pas aller voter ou y aller à reculons ?

Les élections européennes n’ont jamais mobilisé l’électorat. L’Union européenne dans sa forme actuelle n’est pas véritablement une construction démocratique, respectueuse des citoyens, mais une sorte de nébuleuse technocratique qui  enveloppe et soumet les peuples à l’ordre libéral. Pour la grande majorité des électeurs, c’est un carcan incontrôlable, insaisissable, un monstre froid dirigé par une Commission nommée par les gouvernants et sous l’emprise permanente des lobbies.

C’est l’alibi incontournable des gouvernements pour imposer la rigueur aux plus démunis et une construction au service de l’oligarchie dominante qui n’hésite pas à s’affranchir du vote des citoyens quand le résultat ne lui convient pas. Depuis 2005, c’est le symbole même du mépris des élites pour le peuple et d’une dépossession démocratique qui va grandissant.

Alors, à quoi bon aller voter pour des députés européens que l’on ne connaît pas et qui ne changeront probablement rien de fondamental ?

En France, les  les enjeux du scrutin ont été de plus totalement pervertis et détournés par Emmanuel Macron qui agite en permanence l’épouvantail de l’extrême droite pour tenter de conserver son assise électorale. Les instituts de sondage et l’agitation médiatique ont fait le reste : une décantation délétère s’est opérée pour ne laisser qu’un surnageant nauséabond, un agglomérat écœurant réunissant  “La République en marche” et le “Rassemblement national”. En France, le vote est pris en otage.

Alors, oui, l’abstention va sortir gagnante du scrutin et les commentateurs vont une nouvelle fois déplorer l’affadissement de notre démocratie, la participation électorale étant considérée comme une preuve du bon fonctionnement des institutions.                                                               

Glisser un bulletin de vote dans l’urne peut être perçu comme un acte de participation citoyenne minimum si l’on veut changer les choses sans violence mais n’est ce pas plutôt désormais le petit geste qu’on vous demande de faire à chaque élection pour continuer à cautionner un système qui ne fonctionne qu’au service des gouvernants ?

La démocratie est sans doute mise à mal par l’abstention mais elle l’est bien davantage par la corruption, par la manipulation, par la tromperie permanente de l’électorat. La démocratie suppose des citoyens informés et conscients des enjeux et non pas un peuple sous l’influence perverse de médias qui mentent et de sondages biaisés.

Et comment espérer un quelconque enthousiasme démocratique quand les politiques au pouvoir trahissent et déçoivent depuis si longtemps ?

Et comment réveiller le peuple de gauche quand les partis qui s’en réclament démontrent que les egos et les logiques d’appareil prévalent encore sur le réchauffement climatique et la désespérance sociale ?

Ne pas aller voter ou y aller à reculons ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.