Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

483 Billets

2 Éditions

Billet de blog 29 juin 2022

L’hydre élyséenne

Emmanuel Macron commence son second mandat dans la lignée du précédent, avec la même morgue et le même aveuglement. . .

Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emmanuel Macron commence son second mandat dans la lignée du précédent, avec la même morgue et le même aveuglement. Emmanuel Macron n’a pas changé, ses déclarations censées tirer les enseignements des élections législatives en attestent : le peuple français vient de lui retirer le gouvernail mais il entend garder le cap ! 

Réélu pour faire barrage à Marine Le Pen, il se comporte en Président plébiscité.  Avec derrière lui à peine 28 % des votants soit environ 20 % de l’électorat ( son score du premier tour de la Présidentielle), il compte imposer son “projet” aux Français. 

De cette présidence , nous avons appris tout au long des cinq dernières années que le pire est toujours sûr. Il n’y a rien à attendre d’un homme qui a donné des  preuves répétées de son mépris pour le peuple  et de son accointance avec l’oligarchie financière. La Macronie n’a pas d’autre projet que la  perpétuation d’un capitalisme de combat marqué par un rapide délabrement démocratique, social et écologique. 

Jupiter, privé du pouvoir législatif, vient d’être amputé d’une partie de ses attributs mais il reste dangereux. Il pourrait bien, telle une hydre, se régénérer en allant chercher des membres d’appoint, au fil des propositions de lois et des réformes, dans les eaux troubles d’un  Parlement dominé par des droites plus ou moins extrêmes. La NUPES  reste minoritaire et ostracisée par tous les autres groupes de l’Assemblée. Dans la grande confusion ambiante, le psychotique est à son aise, il peut encore manipuler et jouer des divisions de ses adversaires pour régner.

En proposant d’inscrire dans la Constitution, et par pure opportunité, le droit à l’avortement, la clan macroniste compte s’offir à bon compte, en ce début de mandature, l’image d’un mouvement équilibré, soucieux de tenir compte des aspirations venant de sa gauche. Mais cette ouverture sur un problème sociétal annonce probablement une rigidité totale sur les questions économiques au prétexte du creusement de la dette publique. Selon Bruno Le Maire, les finances publiques ont atteint “ la côte d’alerte”. Le ton est donné, l’austérité arrive et la note sera payée une nouvelle fois par les catégories sociales les plus fragiles. Avec la proposition d’Aurore Bergé, la gauche vient probablement de manger tout son pain blanc, il se pourrait qu’il n’y ait plus rien à grignoter.  

Dans un autre système et avec un autre Président, un nouvel équilibre aurait sans doute été possible mais la Vème République est d’essence monarchique et ce président n’est pas un président ordinaire, Le moins que l'on puisse dire c’est qu’il  n’est pas  partageux et qu’il a une conception très verticale des rapports humains et de l’administration des choses.  Il reste tout en haut quand le peuple est tout en bas et  il compte bien user et abuser de ses prérogatives pour terminer le travail entrepris. Les réformes structurelles comme la réforme des retraites trouveront sans doute  des majorités de circonstances avec des députés  du groupe  LR.

Le peuple de gauche va devoir se faire entendre  au travers de toutes les luttes sociales et écologiques qui vont se multiplier sur le terrain.

Il n’est sans doute pas possible d’aller “chercher” Emmanuel Macron à l’Elysée car depuis sa grande trouille de décembre 2018, à l’occasion du point d’orgue du mouvement des Gilets jaunes à Paris, la place est bien gardée, le régime disposant  d’une police bien dotée. Mais si la tête de l’hydre est hors de portée, il faut essayer  de lui couper ici et là, dans les territoires, quelques tentacules afin de faire obstacle à l’emprise et à la progression d’un monstre qui n’a qu’une seule obsession : nourrir le capital par une exploitation effrénée du vivant. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi