Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

482 Billets

2 Éditions

Billet de blog 30 mai 2020

Les masques sont là mais ce sont aussi des muselières

Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des années de contestation sociale, de défilés syndicaux, d’actions de protestation pacifiques qui se sont égrenées tout au long de cette première moitié de quinquennat afin de dénoncer une politique d’austérité qui concerne la quasi-totalité des secteurs de la fonction publique - à l’exception de la police et de la défense nationale - et qui affecte de plus en plus durement les plus démunis.

Des années de mépris, de déni, accompagnées d’une montée de la répression et des violences policières. 

Plus d’une année de manifestations de gilets jaunes avec son lot d’éborgnés, d’amputés et de blessés plus ou moins gravement. 

Près de 30.000 morts du coronavirus , un drame qui fait de la France, avec son système de santé prétendument exemplaire, un des pays développés les plus touchés par la pandémie. Nous aurions dû faire face plutôt mieux que les autres, nous  sommes  dans le peloton de queue, mais c’est sans doute la faute à des circonstances exceptionnelles. . .

30.000 morts donc, malgré deux mois de confinement préhistorique,  une impréparation totale et une pénurie de dispositifs de prévention et de suivi qui ont affecté même les établissements les plus sensibles, deux mois de confinement drastique afin d’éviter l’engorgement complet du système hospitalier mais qui ont provoqué  l’effondrement  de pans entiers de notre économie que les Français vont devoir maintenant payer. 

Au final, un bilan de ces trois premières années de quinquennat absolument catastrophique et une responsabilité politique criante  mais qu’il s’agit de maquiller et de faire oublier : avec l’habitude, mais peut-être est-ce aussi le résultat des cours de théâtre de Brigitte, le Président ment avec une sincérité effarante. Il détient là un vrai talent capable de faire passer une gestion déraisonnable et chaotique pour de l’optimisation !

La santé des Français est  devenue depuis le mois de mars un bien précieux et, maintenant que la danger s’estompe, ce gouvernement, responsable du saccage de l'hôpital public, multiplie les consignes sanitaires, maintient des interdictions qui défient le bon sens, et exagère les  précautions  jusqu’à la loufoquerie. Il se comporte comme un mauvais élève qui jette de la poudre au yeux pour tenter de masquer ses insuffisances.

Mais, malgré tous ces artifices, une évidence qui demeure : le système nous conduit à pleine vitesse dans le mur. C’est une première  embardée mais d’autres s'annoncent.

Car ils relancent la machine infernale : ils veulent repartir plus  vite, plus fort, avec les mêmes recettes, surtout sans rien changer.

ils encouragent les Français à se comporter en citoyens responsables, avec un seul objectif, un seul projet : la consommation sans frein pour rattraper le temps perdu, retrouver les points de croissance abandonnés pendant le confinement. Il faut d’urgence exercer  la seule citoyenneté qui vaille, la seule qui soit encore reconnue, la France a besoin de consommateurs zélés.

Le pire est déjà là, il s’installe sans complexe sur les décombres d’une crise provoquée par l’inconséquence d’un capitalisme mondialisé et néolibéral .  

Comme le système  est en train de caler, il convient de remettre du carburant et de ne pas faire le délicat, n’importe quelle saloperie est bonne à prendre  à condition qu’elle puisse relancer toute cette économie du mal vivre et de la destruction lente. 

Pour faire repartir les vieux moteurs qui n’ont plus d’avenir mais qui fournissent des emplois, on débloque des milliards  pour l'aviation, des milliards pour l'automobile, des milliards d’argent public à discrétion, sans aucun engagement, par  la seule volonté du prince, sans vote, sans débat. 

Et il faut débrider  la machine économique en assouplissant encore davantage les règles  sociales, en levant les contraintes environnementales.

Rien n’aura servi de leçon, tout va redémarrer comme avant, de plus belle. 

Les passagers, embarqués malgré eux dans cette galère à la dérive, protestent et  les appels se multiplient, mais un appel chasse l’autre et le risque est grand qu’une sorte de cacophonie stérile s’installe. Quand de surcroît le droit de manifester physiquement  devient un droit purement théorique - avec cette distanciation sociale qui est un poison mortel pour le collectif - les actions de protestation ne seront bientôt plus que des bruits de clavier impuissants à bouleverser la donne. 

Les masques sont là, mais maintenant ce sont aussi des muselières.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Énergies
Pétrole : les effets « très limités » des sanctions occidentales contre la Russie
Le pétrole est plus que jamais une manne pour Moscou. En dépit des sanctions, la Russie produit et exporte pratiquement autant qu’avant l’invasion de l’Ukraine, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, et les prix se sont envolés.  
par Martine Orange
Journal
Projet de loi immigration : des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck