Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2020

Gare au loup !

A Maurice, une semaine après la marche monstre du 29 août, des groupes se disant représentants de la communauté hindoue, organisent une « grande prière » pour le pays ce dimanche 6 septembre. Devant les caméras, les organisateurs parlent d’unité nationale. Mais leurs affiches de mobilisation tiennent un tout autre langage, sans que les auteurs ne soient inquiétés.

Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Premier ministre mauricien, lors de son allocution télévisée, le 31 août 2020. © MBC-TV

Monsieur le Premier ministre, votre prise de parole télévisée du 31 août n’a pas satisfait les dizaines de milliers de Mauriciens qui ont envahi les rues de Port-Louis ce samedi 29 août. Mais ce n’est pas surprenant, n’est-ce pas ? Votre apparition était surtout à l’intention de vos soutiens pour les rassurer, leur dire que vous êtes bien là, plus déterminé que jamais. Et ces soutiens sont certainement toujours nombreux et ils entendent bien serrer les rangs autour de vous. Est-ce pour votre personne, votre bilan, le poste que vous occupez ou les portes que cela peut leur ouvrir ? Vous le saurez en temps et lieu.

Les prochaines manifestations s’organisent en faveur de votre politique ou contre votre manière de diriger. Contre le « népotisme », la « corruption », l’« incompétence », bref, tout ce que les pancartes du 29 août ont listé. C’est « une preuve vivante de la liberté d’expression à Maurice », comme vous le dites, à juste titre, dans votre intervention du 31 août. Les maladresses de vos opposants doivent probablement vous rassurer. Lorsque M. Jean Bruneau Laurette, fer de lance de la marche du 29 août, mécontent d’un conflit d’agenda, obtient le déplacement d’une rencontre de l’église catholique, prévue le 12 septembre parce que cela pourrait perturber la prochaine manifestation au village de Mahébourg, c’est quand même bon pour vous. Idem lorsque sa page Facebook fait un parallèle entre lui et M. Nelson Mandela, ancien président sud-africain, rien que ça ! L’ivresse du succès… Cependant il semblerait, à voir une conférence de presse du « Kolektif Konversasion Solider », organisateur de la marche du 12 septembre, que M. Laurette soit revenu parmi les mortels.

Mais, Monsieur le Premier ministre, il y a un loup. Une manifestation aura lieu ce dimanche 6 septembre à Grand Bassin, au Ganga Talao, plus haut lieu de pèlerinage de la communauté hindoue. Une « Ganga Maha Aarti », une « Grande prière ». Dans les médias, face caméra, les organisateurs parlent d’un grand temps de prière pour le pays, pour « demander pardon et obtenir la bénédiction divine après les catastrophes » que Maurice a connues.  Ceux qui suivent des médias privés qui vous soutiennent ont pu les entendre largement. La Mauritius Broadcasting Corporation, télévision d’Etat, a aussi diffusé des extraits de cette conférence de presse le 2 septembre dernier. Des déclarations pour, d’abord, inviter à la présence de « tous les frères et sœurs de la famille hindoue » puis, rapide correction, pour inviter « tous les Mauriciens – et pas une seule section de la population – car la prière est pour la Nation mauricienne ». Les organisateurs soulignant aussi qu’ils sont « pour l’unité nationale » car, selon eux, le tissu social mauricien est « fragile », « il ne faudrait pas que certaines personnes viennent enflammer le pays parce que nous vivons dans la paix et l’harmonie. Nous voulons continuer à garder cette même amitié, ce même mode de vie dans notre pays arc-en-ciel ».

"Réveillez-vous..."

Ça c’est pour les déclarations publiques, pour les paroles, qui s'envolent. Mais les écrits, ceux qui restent, sont tout autres. Monsieur le Premier ministre, vous avez dû voir cette affiche que vos soutiens véhiculent sur Facebook. Un carton d’invitation sur fond orange vif, comme la couleur de votre parti.  Nous dirons que c’est une coïncidence. Que dit le texte qui est public ? « Réveillez-vous guerriers hindous (Jago Hindu Veer), l’ennemi a encore défié (Shatru Ne Phir Lalkara Hein) ». Guerriers ? Ennemis ? Défié ? Monsieur le Premier ministre, vous conviendrez que ce n'est pas insignifiant ! Cette affiche est en circulation depuis plusieurs jours, elle est partagée par des personnes qui vous soutiennent ouvertement. Il y a là un groupe de personnes qui joue avec le feu. Pour moins que cela, avant la manifestation du 29 août, vous avez invité les membres du Conseil des religions à votre bureau estimant qu’il fallait pour une raison ou une autre solliciter des religieux pour appeler à la non-violence. Et là – et j’ai beaucoup cherché – rien, de votre part. Ne rien dire, ne pas souligner que ces termes sont dangereux, équivaut à laisser-faire, pire, à parrainer par omission.

En fait, à bien y réfléchir, cette affiche vous offre une opportunité inespérée. Une occasion en or. En vous dissociant de ces mots qui opposent des citoyens, vous répondrez à une des demandes de ceux qui crient leur amour pour le drapeau mauricien. Dénoncer cette affiche serait un bond en leur direction et un point positif pour le monde qui nous regarde attentivement depuis quelques semaines.

Monsieur le Premier ministre, une réaction de votre part, une clarification de votre positionnement est nécessaire. De grâce, évitez une nouvelle pollution, celle du Ganga Talao, par un repli ethnique et des mots anti-républicains.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.