En quête de sens et d’une action concrète

Ils s’appellent Cédric, Clément et tant d’autres qui font partie de cette génération d’ingénieurs, de cadres pour qui le modèle économique, social et politique actuel ne fait plus sens face à l’urgence climatique, face à l’individualisme du quotidien, face à la violence du monde. Ils ont décidé de changer d'activité pour retrouver du sens dans l'action.

Ils s’appellent Cédric, Clément et tant d’autres qui font partie de cette génération d’ingénieurs, de cadres pour qui le modèle économique, social et politique actuel ne fait plus sens face à l’urgence climatique, face à l’individualisme du quotidien, face à la violence du monde. Développer une activité professionnelle plus en phase avec leurs valeurs fondamentales et avoir le sentiment que le sens de leur action est plus en phase avec le monde, utopie ou action concrète ?

Ils ont décidé de s’installer sur les terres ardéchoises et de se lancer dans l’aventure du maréchage, de l’agriculture biologique, en adéquation avec leurs valeurs et leurs projets de vie. Ils conjuguent efficacité du modèle, optimisation (rotation des cultures sur tableau Excel pour les 10 année à venir) et valeurs humanistes (écologie, responsabilité, bienveillance, ouverture). 

Premier épisode : Présentation de Cédric NOUIS qui développe un modèle d’agriculture biologique sur des petites surfaces en s’appuyant sur le modèle de Jean-Martin Fortier et Eliot Coleman.

Après avoir acquis des parcelles et suivi des formations, Cédric s’est appuyé sur :

  1. L’optimisme, la croyance en ses capacités et l’ouverture de cœur. Les agriculteurs « locaux » ont vu son arrivée d’un œil dubitatif mais sont aujourd’hui ses meilleurs défenseurs. Le sens de l’action, de la patience et de la persévérance lui ont permis de convaincre son entourage de la pertinence du modèle. Ils coopèrent régulièrement avec lui.
  2. Le principe d’amélioration continue. Il réussit c’est bien. Il échoue c’est bien aussi. Exemple : il avait décidé de créer un modèle sans pétrole. Il a donc acheté un mulet qu’il a tenté de débourrer. Il s’est arraché le tendon du bras à force de ténacité. Durant ses deux mois d’arrêt maladie, il a donc modifié son modèle pour le rendre le plus efficace possible et le moins consommateur en énergie (pétrole, eau, etc.).

Aujourd’hui, Cédric et Clément arrivent à vivre pleinement de leur production. Ils ont retrouvé le goût de la vie et le sens de leur démarche.

Dans ce premier épisode, Cédric se présente et nous explique comment il en est arrivé à choisir le maraîchage plutôt que le commercial qui lui apportait pourtant de bons revenus. Il a quitté le secteur commercial pour réaliser une activité plus en accord avec ses convictions et donnant du sens à son action.

Chaîne Youtube : Chaîne Utopia07

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.