4 megawatts pour alimenter soit 40 super-chargeurs Tesla soit 8000 ménages

Ce n'est pas moi qui le dit, mais un spécialiste suisse qui travaille dans une scierie dont les déchets font tourner une turbine électrique.

Autant les français savent râler, autant les suisses savent positiver.

En tant que belge francophone, je recommande aux français d'écouter l'émission suivante de la radio suisse romande (RTS 1ère) On Va Vers le Beau qui, le 22 janvier dernier, parlait de la valorisation des déchets du bois. Cette émission didactique et positive est exemplaire et apporte de l'espoir en matière environnementale.

En fin d'émission, un spécialiste explique en live ce que produit la turbine : "On est à 4 mégawatts là, on est au maximum."

Le journaliste bien inspiré demande alors : "Oui, c'est conséquent ! Comment est-ce qu'on utilise 4 mégawatts d'électricité ?"

Et le spécialiste de répondre non sans ironie: "Alors sur 40 super-chargeurs Tesla (rire discret) mais (...) c'est l'équivalent de 8000 ménages..."

Yapaphoto ! Cela prouve une fois de plus l'aberration du modèle économique des voitures électriques mis en œuvre par Elon Musk et ses concurrents. Elon Musk est ce qu'il est, à savoir un super champion du capitalisme qui surfe allègrement sur la vague environnementale et réussit son coup en induisant en erreur des millions de gens, tant sur les vertus du lithium-ion que sur les possibilités de vie sur Mars. C'est une sorte de Trump, mais alors dans le style gourou dont la secte des beni-oui-oui des voitures à batteries est l'une des plus florissantes du monde capitaliste.

Le présent article ne fait que renforcer ce qui est martelé sur ce blog depuis longtemps et notamment dans l'article précédent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.