Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

391 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2021

Omicron démontre l'inutilité de la 3e dose et pourrait devenir un vaccin naturel

Hypothèse: si le variant Omicron est pas/peu offensif, l'immunité naturelle acquise au contact de ce variant très contagieux jouerait le rôle d'un vaccin naturel, facile (sans piqure), rapide et gratuit contre le covid.

Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'argumentaire que voici semble pertinent, même s'il est un peu long et s'il émane d'un vendeur de médecine alternative:

Rodolphe Bacquet, 1er décembre 2021, Pourquoi l’expansion d’Omicron pourrait en réalité être une bonne nouvelle.

D'abord, le très contagieux Omicron échappe aux actuels vaccins Pfizer ou Moderna.

En effet, Pfizer et Moderna ont annoncé qu'ils allaient développer un nouveau vaccin spécialement pour contrer Omicron.

Sources

Cela démontre l'inutilité d'une 3e dose des vaccins actuels face à ce nouveau variant Omicron.

Pourtant, on dirait que les pouvoirs publics suivis par les grands médias (le 20h de France2, par exemple) argumentent de l'arrivée d'Omicron pour recommander de plus belle la vaccination, comme s'il s'agissait de liquider des stocks de prétendus vaccins devenus obsolètes.

Par ailleurs, comme on ne signale aucun malade grave d'Omicron et que ce dernier occupe la « niche écologique » du variant Delta, actuellement à l’origine de la cinquième vague, cela signifiera une baisse sensible du danger prêté au « Covid ».

Partant de là, on peut penser que, si Omicron s'avère peu offensif et continue à se répandre bien plus rapidement/efficacement que les délais nécessaires à la préparation de prétendus nouveaux vaccins, Omicron pourrait contribuer à propager facilement et sans risque une immunité naturelle qui sauvera l'humanité. Bref, Omicron serait, en quelque sorte, un vaccin naturel, hyper facile à administrer, sans piqure et gratuit.

L'immunité acquise naturellement marginaliserait au passage l’addiction aux prétendus vaccins* et ruinerait les espoirs de continuer à générer des milliards de dollars de revenus (au détriment des finances publiques) pour des sociétés pharmaceutiques comme Pfizer et Moderna, agissant sous l’œil attentif de Bill Gates qui dirige la politique vaccinale du monde depuis une quinzaine d'années.

C'est peut-être pour ne pas anéantir un tel business juteux que les pouvoirs publics conformistes ou corrompus stimulent la panique et refusent l'entrée sur leur territoire d'un nouveau virus. Ce nouveau virus Omicron ne plait pas non plus à bourse, peut-être parce qu'il compromettrait une production pharmaceutique florissante qui écoule régulièrement des milliards de doses en très peu de temps, générant ainsi des revenus récurrents et des dividendes qui se chiffrent aussi en milliards.

Conclusion: si Omicron est inoffensif, ouvrons nos frontières (et invitons des voyageurs d'Afrique du Sud) pour disséminer ce variant vaccinal qui délivrera l'humanité du danger du covid !

* La définition du mot "vaccin" vient de changer en 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social