Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

414 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2022

Avortement aux USA: la Cour suprême a remis les pendules à l'heure

En réalité, ce qui vient de se passer aux USA ne serait que la correction d'une décision fédérale abusive en 1973. Ce ne serait pas une régression démocratique.

Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je me suis laissé dire qu'en 1973, la Cour suprême avait interdit d'interdire l'avortement.

Ce faisant, cette Cour suprême avait supprimé aux États le pouvoir de décider en matière de légalisation de l'avortement.

C'est un peu comme si la Cour de Justice Européenne décidait qu'aucun pays européen n'a le droit d'interdire ou de limiter l'avortement.

Il y a en Europe des pays comme Malte ou la Pologne qui ne sont guère favorables à la légalisation de l'avortement.

Il semble que plusieurs États des USA voudraient agir comme Malte et interdire l'avortement.

Toutefois, l'Union Européenne ne se mêle pas de cela et surtout la Cour de Justice européenne n'interdit pas aux pays européens d'avoir leurs propres lois en matière d'avortement.

En d'autres mots, la subsidiarité fonctionne bien et l'avortement n'est pas considéré comme une matière communautaire en Europe.

La décision de la Cour suprême des USA en 1973 était donc abusive. Les pro-avortements (pour faire court) ont bénéficié depuis 1973 d'une sorte d'abus de pouvoir de la Cour suprême en 1973.

Ce qui vient de se passer, c'est que la Cour suprême actuelle vient de remettre les pendules à l'heure, en permettant à chaque État d'avoir ses propres lois en matière d'avortement.

On a beau dire que c'est la faute à Trump. En fait, c'est un recadrage d'autant plus démocratique que les juges de la Cour suprême ne sont pas élus. Ce sont des fonctionnaires qui sont là pour garantir le respect des lois, mais pas pour imposer ou interdire des lois, à moins bien sûr que les nouvelles lois contredisent des lois existantes.

C'est donc aux représentants élus de chaque État qu'il revient de réfléchir et de décider en matière d'avortement, un sujet suffisamment délicat pour qu'un excès de réflexions soit préférable à une carence de réflexions imposée arbitrairement par une Cour de Justice.

N'hésitez pas, en commentaires, à me dire si je me trompe et surtout à m'expliquer en quoi je trompe, le cas échéant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra