Selon un ex de Hong-Kong, après Taïwan ce sera le Japon que la Chine phagocytera

Rencontre d'un ex-habitant de Hong-Kong, il y a quelques jours, dans un lieu public en Suisse...

La semaine passée, j'étais en Suisse dans un lieu public suisse où il y a des guichets de vente.

A l'un des guichets, un serveur d'apparence asiatique attise ma curiosité, car ma femme est d'origine asiatique.

Après avoir payé, ne résistant pas à cette sereine curiosité, comme il n'y a pas d'autre client ni d'autre serveur à proximité, je lui demande de quel pays il vient.

Avec un sourire convenu, il répond qu'il vient de Hong Kong.

Je lui dis qu'il me semble qu'il ne fait plus très bon à vivre à Hong-Kong, à cause de la Chine.

Comme pour me rassurer, il répond qu'il est arrivé en Suisse il y a déjà plus de 10 ans.

Je lui dis: "Il me semble que maintenant c'est Taïwan qui est menacé d'invasion par la Chine."

"Oui" rétorque-t-il sans l'ombre d'une hésitation et sans émotion, comme s'il s'agissait d'une évidence, "ce sera Taïwan et après ce sera le Japon."

Ça ne s'invente pas ... Si je ne l'avais pas titillé, je n'aurais rien su d'une telle prédiction menaçante.

En imaginant qu'il dise vrai, on peut en déduire qu'avant le Japon, la Chine assujettira la dictature de Corée du Nord pour envahir ensuite la Corée du Sud, car la péninsule coréenne se situe entre la Chine et le Japon.

A ce sujet, on peut rappeler que la mer située entre la Chine et le Japon, les chinois l'appellent la "Mer de Chine", alors que les coréens l'appellent la "Mer jaune", comme il se doit, car cette mer n'appartient pas à la Chine, bien évidemment.

Pour l'heure, comme je l'ai déjà dit sur ce blog, il importe de faire le buzz à propos de la démocratie taïwanaise, sinon la Chine sera tentée de faire son coup en douce ... comme elle l'a fait pour installer du jour au lendemain une base militaire stratégique en Éthiopie ...

Qu'on se le dise ...

P.S. "Quel rapport avec l'hydrogène renouvelable ?", me direz-vous. Modestie mise à part, il y a 7 ans, j'étais le premier à parler d'hydrogène renouvelable, en tentant de le faire connaître au grand public. Maintenant ce sont des gouvernements qui s'y investissent à coup de milliards. L'hydrogène renouvelable s'oppose au réchauffement climatique et aux catastrophes nucléaires, tout comme une mise en exergue de la démocratie de Taïwan, pays à part entière, s'oppose à une domination du monde par une dictature chinoise. Si un large public parle de Taïwan, nos gouvernements résisteront mieux à cette dictature envahissante.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.