Biden va bientôt dégager Trump, tout comme Hollande avait dégagé Sarko

Alors que Biden se rapproche des 270 grands électeurs, alors que l'Arizona, le Nevada, la Georgie et la Pennsylvanie peuvent encore tombé dans l'escarcelle présidentielle de Biden, qu'il soit permis de se réjouir, ou au moins de se rassurer, sans plus attendre l'aboutissement des derniers épisodes très médiatiques de la campagne présidentielle.

Nous sommes nombreux en Europe à être branchés sur CNN. Derrière le show médiatique qui amplifie le suspens, il apparait que les jeux sont faits.

Même des républicains prennent leur distance par rapport à la folie de celui qui, tel un gamin mauvais perdant, n'accepte pas la défaite:
Republican allies break with Trump, say take time to count all the votes.

Comme Hollande, Biden a le mérite de débarrasser un peuple démocratique d'un leader démagogique qui utilise la bêtise et la crédulité des gens pour les asservir. On peut dire que Trump est pire que Sarko, probablement parce que le potentiel de crédulité est plus grand aux Etats-Unis qu'en France.

Pour la petite histoire, on peut prédire que Trump, comme Sarko, devra passer le reste de son existence à être traqué par la Justice pour diverses malversations. Ces leaders pervers se font tellement d'ennemis en abusant de leur pouvoir et cela alimente le retour de manivelle quand le moteur présidentiel est arrêté.

Au plan des grandes avancées, on peut surtout se réjouir que Biden va ré-activer les accords de Paris sur le climat qui avaient été conclu sous la présidence de Hollande.

Mieux encore: on peut se réjouir que Biden va s'attaquer ouvertement à l'industrie du pétrole, ce qu'un Macron n'a guère encore osé à faire.

Pour la petite histoire, on peut prédire que, étant donné son âge, Biden ne sera pas ré-élu dans 4 ans.

Peut-être, et c'est souhaitable, aura-t-il la sagesse de ne pas se présenter pour un second mandat ?

Peut-être laissera-t-il la place à Harris, qui sait ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.