Joe Biden va ré-activer l'Accord de Paris aux USA

C'est sans doute la nouvelle clairement la plus importante du débat entre Biden et Trump. Joe Biden, futur président des USA, a dit «La première chose que je ferais, c'est de rejoindre l'accord de Paris» dont Trump était sorti en 2017, étalant ainsi à la face du monde son incommensurable irresponsabilité assortie du manque d'une vision digne et salutaire à la hauteur de sa fonction.

Tout porte à penser que les jeux sont faits et que Joe Biden va nous débarrasser du dangereux "clown" locataire de la Maison Blanche depuis 4 ans.

Pour l'hydrogène renouvelable, la réactivation de l'Accord de Paris est une nouvelle d'une importance fondamentale.

Il est fort probable que, sans le dire (pour ménager le nationalisme des EtatsUnisiens et des EtatsUnisiennes), l'administration Biden suivra l'Europe sur la voie de LA révolution industrielle majeure du XXIe siècle.

Voyez le remake de la vidéo historique publié pour ce blog: l'Europe lance la révolution industrielle de l'hydrogène renouvelable (vidéo).

Si les USA décident de débrayer du pétrole pour embrayer* sur l'hydrogène renouvelable, cela aura forcément un impact déterminant pour l'avenir énergétique de la planète. Cela permettra un coup d’accélérateur bien nécessaire à cette révolution industrielle.

Un autre coup d’accélérateur encore bien plus fondamental sera nécessaire. Je vous laisse deviner lequel. J'y reviendrai bientôt sur ce blog...

*D'aucuns rétorqueront qu'une telle métaphore inspirée par les véhicules thermiques vient à contre-courant de mon discours, sachant que les voitures à hydrogène sont des voitures électriques sans changement de vitesse. En se plaçant sur un axe didactique, disons que cette métaphore suggère la transition énergétique qui se base sur des technologies du passé pour construire des technologies du futur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.