Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

415 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2021

Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

Des vaccins béquilles plutôt qu'une solide immunité naturelle? Vive Omicron !

Force est de constater que 1) les chantres du provax s'invitent tous azimuts pour faire la morale et 2) on veut nous imposer un vaccin béquille qui compromet l'acquisition d'une solide immunité naturelle pour la majorité de la population qui n'est pas à risque. Il faut laisser faire le variant Omicron, plutôt que de le contrer, car il est inoffensif.

Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier, j'ai regardé Zemmour faire sa première grande émission TV en tant que candidat à la Présidence de la France.

Je n'apprécie guère ce personnage malgré son érudition hors du commun.

Notamment parce qu'il est atteint d’une affection nucléaire nostalgique aigüe qui distingue la majorité des dirigeants français par rapport à la majorité des dirigeants européens.

Il faut craindre que l'aventure nucléaire française se termine comme celle du Concorde, une autre vieille technologie que glorifiait la nostalgie française.

Il a fallu qu'un Concorde s'écrase en France pour que tous les Concordes soient désormais cloués au sol puis démantelés.

C'est ce qui finira par arriver avec le nucléaire en France.

Les français qui encouragent le nucléaire ont la prétention de croire que les accidents nucléaires graves n'arrivent qu'aux autres, comme si la France pouvait donner des leçons de technologies au Japon qui subit Fukushima depuis 10 ans déjà et pour plusieurs millénaires encore, sans oublier que ce pays se prépare à déverser des quantités énormes de déchets radioactifs très dangereux et très durable dans le Pacifique, une action de promotion mondiale en faveur du cancer.

Fermons la parenthèse sur une telle idiotie de Zemmour, un autre beni-oui-oui du nucléaire en France.

Concernant le covid, Zemmour ne s'est pas prononcé pour le vaccin. Sur ce point, je me dis qu'il a bien raison.

Ce qui me frappe, c'est que, dans le débat qui suivit l'interview de Zemmour, un individu, au look révolutionnaire mais aux idées convergentes (les fameux "cheveux longs idées courtes" que fustigeait Johnny Halliday), a proféré des propos de moralisateur vendu aux vaccins. De telles interventions intempestives portent à penser que les provax noyautent désormais les débats publics à forte audience pour prêcher en faveur du lobby pharmaceutique.

Ce qui me frappe surtout, c'est que la propagande en faveur des vaccins covid actuels sabote une immunité naturelle bien plus solide que l'immunité partielle et temporaire acquise par doses répétives de vaccins.

C'est ce qu'explique fort bien Rodolphe Bacquet, à propos de la proportion vaccinés/non-vaccinés à l’hôpital.

Je recommande cet article très didactique.

A propos des vaccins actuels, il conclut: "on nous vend des béquilles à vie, obligatoires… et dangereuses".

Il rappelle: 

"Au final, la politique du « tout-vaccinal » :

  • n’empêche pas les vaccinés d’attraper le virus ;
  • n’empêche pas le virus de circuler ;
  • n’empêche pas le virus de muter (au contraire) ;
  • n’empêche que partiellement les vaccinés de développer des formes graves ;
  • nous fait baisser la garde sous le rapport de l’immunité naturelle ; (souligné par JLH)
  • bloque la recherche pour des traitements adaptés aux formes de covid graves ;
  • démultiplie les occurrences d’effets secondaires dans la population vaccinée."

(...)

Il s’agit de prendre acte de la protection non seulement incomplète mais dramatiquement temporaire de ces vaccins, et de questionner cette faible efficacité sous le rapport :

  • de son coût humain (les effets secondaires, les morts),
  • de son coût sanitaire (explosion des dépressions, circulation persistante du virus, accélération de ses mutations),
  • de son coût social (l’inquiétante polarisation de notre société) ;
  • de son coût économique (les milliards distribués aux labos qui développent ces vaccins – milliards qui sont, évidemment, de l’argent public, donc notre argent). 

N.B. Des esprits mesquins diront que ce Rodolphe Bacquet en profite pour vendre sa littérature de médecine alternative. Il est clair que ç'est sa motivation et son travail essentiels, mais cela fait de lui, en l'occurrence, un excellent pédagogue. Au moins, avec lui, on sait exactement à quoi s'en tenir, ce qui n'est pas le cas des journalistes qui agissent de facto en lobbyistes des empires pharmaceutiques ou d'un Bill Gates, provax renommé et influent qui arrose, discrètement mais à coups de milliards, l'OMS et les médias.

A mon sens, il importe maintenant de laisser faire le variant Omicron qui est inoffensif (sinon ça se saurait) et qui permettrait, si on le laissait faire, de répandre une immunité naturelle dans les groupes qui ne sont pas à risque, et d'abord les jeunes et les enfants qu'il est odieux de vouloir vacciner.

Mais voilà, la propagande actuelle occulte le fait qu'Omicron est inoffensif et s'efforce d'angoisser les populations sur la nécessité d'une protection vaccinale contre un virus inoffensif ! Le bon sens semble devenir tabou !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise