Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

418 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2021

Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

Mobilité hydrogène : la Suisse pionnière, le Luxembourg à la traîne

Ce sont deux pays riches mais très contrastés en matière de mobilité hydrogène. Hors Union Européenne, la Suisse avec ses camions à hydrogène était déjà de facto un leader en Europe, bien avant que l'Union Européenne qui l'entoure décide d'investir massivement dans l'hydrogène. En contraste, à ce jour, le Luxembourg n'a pas encore une seule pompe à hydrogène sur son territoire.

Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(texte quelque peu peaufiné le 28 novembre 2021)

Depuis que, en juillet 2021, l'Europe a décidé un engagement et des investissements dans l'hydrogène à coups de milliards. L'Europe a montré l'exemple au reste du monde et les initiatives pleuvent de toute part. 

Le kick-off meeting historique de l'Europe en matière d'hydrogène date du 8 juillet 2020.

La Suisse n'avait pas attendu un tel ralliement européen pour investir dans l'hydrogène. Ce ne sont pas les pouvoirs publics en Suisse qui ont lancé le mouvement hydrogène, mais plutôt la grande distribution qui en Suisse s'appelle principalement Coop, Migros et Spar.

Voici ce que vous avez déjà pu lire sur ce blog:

Chez Coop, les pompes à hydrogène utilisées par les camions sont installées dans les stations services avec 2 versants: l'un pour les camions, avec une pression de 350 bars, et l'autre pour les voitures, avec une pression de 700 bars. En été, j'ai pris les photos reprises ci-dessous d'une pompe à hydrogène camion+voiture, dans une station service du canton de Bern. Des pompes doubles identiques existent déjà ou sont prévues dans d'autres cantons helvétiques.

Par contraste, le Luxembourg est encore en train de se demander où il va installer sa première pompe à hydrogène. Il y a quelques mois, il était question d'une pompe à Bertrange, mais ce projet a été abandonné. Maintenant, il est question d'installer une pompe à hydrogène à Bettembourg. Comme l'explique l'article du Wort: Le plein d'hydrogène attendra 2022. Ce seront les poids lourds qui seront visés et rien ne dit que les voitures trouveront de l'hydrogène à 700 bars.

Bien sûr, le Luxembourg est bien plus petit que la Suisse, mais au plan de la mobilité, c'est un point de passage très fréquenté entre 3 pays. Des pompes à hydrogène seraient bienvenues pour promouvoir la mobilité hydrogène en Europe, spécialement pour les gens qui font de long trajets en passant souvent des frontières nationales et dont certains, comme moi, n'attendent plus que quelques pompes dans des carrefours internationaux comme le Luxembourg pour investir dans une voiture à hydrogène.

A grande échelle, il est question d'un projet belgo-luxembourgeois de pipeline pour approvisionner le Luxembourg en hydrogène renouvelable, à partir du port d'Anvers. L'hydrogène pourrait être produit par électrolyse du courant en provenance des éoliennes off-shore de la Mer du Nord. Mais cet hydrogène hypothétique ciblerait d'abord les besoins de l'industrie locale afin de la rendre décarbonée.

En matière de mobilité, on peut craindre que le Luxembourg fait semblant de s'intéresser à l'hydrogène, alors qu'il s'efforcera de maintenir les énergies fossiles à la pompe le plus longtemps possible. De fait, l'essence et le diesel relativement peu taxés à Luxembourg rapporte beaucoup d'argent à tous les propriétaires de stations services, car les étrangers de passage à Luxembourg, s'organisent pour y faire le plein, qu'ils viennent de Belgique, d'Allemagne, de France, et même des Pays-Bas. Les pompes luxembourgeoises affichent des records de débit au plan européen. Comme l'hydrogène sera forcément peu taxé en Europe pour favoriser la transition énergétique, le Luxembourg a tout à y perdre et risque fort de freiner des 4 fers l'arrivée de l'hydrogène comme nouveau carburant. En fait, c'est la voiture électrique, qu'elle soit à batteries ou à pile à hydrogène, qui menace l'avantage fiscal dont profite le Luxembourg.

Comme le Luxembourg est dirigé par des gens futés, soudés et prévoyants, on peut penser qu'ils ont parfaitement anticipé (mais sans le dire) que la voiture électrique à batteries n'a pas d'avenir pour les principaux clients de son réseau de stations services qui n'ont guère envie d'allonger leurs temps de trajets en perdant une heure par trajet pour recharger leur batterie. A mon sens, le Luxembourg risque fort de vouloir profiter du fiasco inévitable des voitures électriques à batteries qui ne pourront pas devenir majoritaires, sans compromettre gravement la fourniture d'électricité et sans créer des embouteillages inextricables dans des stations services déjà trop encombrées bien souvent. Ce fiasco sera éminemment contre-productif au plan de l'environnement, mais fera l'affaire des constructeurs de voitures qui vont vendre massivement d'abord des voitures électriques à batteries, puis, dans une dizaine d'années, des voitures électriques à hydrogène, alors que l'intelligence voudrait qu'on passe tout de suite aux voitures à hydrogène sans faire le détour par des voitures aberrantes... sauf pour Elon Musk, ce milliardaire gourou qui crétinise les foules à son avantage en dénigrant l'hydrogène.

Bref, en matière de mobilité, il est permis de prédire que le Luxembourg pourrait continuer à procrastiner afin de protéger son avantage pécuniaire en matière de carburants. J'espère que cette prédiction sera vite démentie, dans l'intérêt de celles et ceux qui ont compris que l'avenir de la mobilité passera par l'hydrogène à la pompe, car le plein d'hydrogène à 700 bars ne prend que 3 minutes.

Illustration 1
Station service Coop Pronto à Bern Bethlehem © Jean-Lucien Hardy, août 2021
Illustration 2
Station service Coop Pronto à Bern Bethlehem © Jean-Lucien Hardy, août 2021
Illustration 3
Station service Coop Pronto à Bern Bethlehem © Jean-Lucien Hardy, août 2021
Illustration 4
Station service Coop Pronto à Bern Bethlehem © Jean-Lucien Hardy, août 2021

Sur la photo suivante, on devine les réservoirs à hydrogène sous pression (350 bars est la norme pour les camions).

Illustration 5
Station service Coop Pronto à Bern Bethlehem © Jean-Lucien Hardy, sept 2021

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.