Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

415 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2021

Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

Avant de paniquer, il faudrait savoir si Omicron est dangereux ou pas, non ?

Rebelote à propos d'Omicron. Un nouveau vent de panique est reparti et devient prétexte à faire peur et surtout à nous bassiner de vaccination, le matin, le midi et le soir. Pourtant, personne ne semble savoir si ce nouveau variant du coronavirus est dangereux ou pas. A quoi ça sert de compter les contaminés Omicron s'il n'y a pas de malades Omicron ?

Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A propos d'Omicron, le nouvel épisode de la saga coronavirus, les gouvernements sont en train de semer la panique, notamment en fermant des frontières aériennes.

Les grands médias (comme le JT de France-2) s'en donnent à cœur joie pour attiser le vent de panique, en négligeant de préciser qu'on ne sait même pas si ce variant est réellement dangereux.

Si le nouveau variant était mortel ou dangereux, ça se saurait, non ?

Tout semble bon, une fois de plus, pour coincer les gens et surtout pour les culpabiliser de n'être jamais assez vaccinés.

Mais franchement, ça servirait à quoi de se faire vacciner contre un virus devenu inoffensif ?

Sur le site de la RTBF, on peut lire: Eric Muraille, immunologiste à l’ULB rappelle que : "on a très peu d’informations à notre disposition. Nous n’avons que les observations de terrain réalisées en Afrique du Sud et à ma connaissance, il s’agit de patients entre 20 et 40 ans. Dans cette catégorie d’âge, nous savons que les manifestations du COVID sont moins graves. La vraie question est de savoir quelles conséquences aura ce variant quand il sera confronté à des patients plus âgés et donc plus à risque."

Omicron serait très contagieux, mais des spécialistes disent que, s'il est très contagieux, c'est parce qu'il est inoffensif. A contrario, si le virus du variant Omicron était dangereux, les contaminés seraient isolés à l'hopital ou morts et, dès lors, incapables de propager ce virus. Autrement dit, le fait qu'Omicron soit très contagieux est corrélé au fait qu'il est peu ou pas dangereux.

Alors à qui profite le crime ?

Encore une fois, le vent de panique organisé donne le sentiment d'un mise-en-scène mondiale qui profite à une industrie pharmaceutique s'efforçant d'engranger toujours plus de nouvelles commandes gigantesques de vaccins achetés par des dettes publiques au bénéfice de fortunes privées.

Comme le chantait Jean Ferrat dès 1975 dans sa Berceuse pour un Petit Loupiot:

T'auras pas le phylloxéra
Grâce aux vaccins systématiques
Pour engraisser des scélérats
De l'industrie pharmaceutique

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier