Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10383 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2017

Où va l’audiovisuel public ?

Trois principaux groupes: France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5, Outre-Mer 1re, France Ô, France Info), Radio France (France Inter, France Culture, France Info, 44 stations du réseau régional France Bleu, France Musique, Le Mouv’, FIP) et France Médias Monde (RFI, France 24, Monte Carlo Doualiya). Plus LCP, Public Sénat, INA et participations dans Arte et TV5 Monde.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Hebdo L’Anticapitaliste - 390 (28/06/2017)

Le secteur est constitué de 3 principaux groupes : France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5, Outre-Mer 1re, France Ô, France Info), Radio France (France Inter, France Culture, France Info, 44 stations du réseau régional France Bleu, France Musique, Le Mouv’ et FIP) et France Médias Monde (RFI, France 24, Monte Carlo Doualiya). S’y ajoutent les chaînes parlementaires (LCP, Public Sénat), l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et des participations dans Arte et TV5 Monde...

Ce secteur public de l’audiovisuel est, d’après la législation, investi d’une mission de service public reposant sur trois principaux piliers : « un secteur public généraliste qui informe, éduque et divertit ; un secteur public qui favorise la création et la production d’œuvres originales ; un secteur public qui élargit son offre de programmes et développe les nouvelles techniques de production et de diffusion ». Longtemps en situation de monopole, le secteur public est, depuis la vague de libéralisation et de privatisations des années 1980 (radios libres, naissance de Canal+, La Cinq, M6, privatisation de TF1, etc.), soumis à la concurrence, ce qui n’a pas été sans incidence sur ses évolutions au cours des 30 dernières années.

Externalisation

Il ne s’agit évidemment pas de considérer que les radios et télévisions d’État de l’ère de l’ORTF étaient un modèle, tant elles étaient sous la coupe du pouvoir politique. Mais le moins que l’on puisse dire est que l’entrée dans l’ère de la libéralisation et de la concurrence s’est avant tout traduite par une baisse continue des moyens mis à la disposition du service public, par le développement d’une logique de plus en plus gestionnaire et par l’utilisation de l’argent public pour financer des groupes privés, suite notamment aux décrets Tasca de 1990 qui ont contraint les chaînes de télévision à « externaliser » la production, en d’autres termes à commander à des producteurs indépendants ses fictions, documentaires et émissions de divertissement.

Comme le souligne Fernando Malverde, syndicaliste à France Télévisions, « l’argument des décrets Tasca était, au départ, de favoriser la “créativité” et de développer un secteur indépendant. En réalité, ce secteur vit quasi entièrement grâce à l’argent public et au dévoiement du système de l’intermittence. Quelques gros producteurs profitent de l’essentiel des commandes et une myriade de petites structures ramasse les miettes »1.

Appauvrissement

En 2008, la suppression de la publicité après 20 heures sur France Télévisions, si elle augmente mécaniquement les recettes publicitaires des grandes chaînes privées, va grever encore un peu plus le budget du secteur public dans la mesure où elle n’est pas compensée par des investissements de l’État. La Contribution à l’audiovisuel public (CAP, ex-redevance) représente ainsi aujourd’hui près de 90 % du budget du service public, tandis que la dotation complémentaire de l’État se réduit peu à peu à peau de chagrin2. Le mot d’ordre n’est pas l’augmentation des investissements publics pour favoriser le développement et la qualité des services publics, mais les « réductions de coûts », la « bonne gouvernance » et la reproduction des techniques de management importées du privé.

Dans un rapport remis en 2015 au gouvernement Valls (« France Télévisions 2020, le chemin de l’ambition »), le haut fonctionnaire Marc Schwartz préconise ainsi de « restaurer la compétitivité de la filière en poursuivant les efforts de gestion »« une meilleure adaptation aux contraintes économiques et une flexibilité accrue », ou encore de « saisir l’occasion des départs à la retraite prévus dans les prochaines années pour retrouver une capacité de redéploiement interne et -améliorer sa productivité »3.

Mobilisation

Marc Schwartz a été nommé en mai dernier directeur de cabinet de la ministre de la Culture Françoise Nyssen. On peut donc légitimement supposer, a fortiori lorsque l’on sait que le programme d’Emmanuel Macron pour les médias semblait directement inspiré du rapport Schwartz, que l’entreprise de casse du service public va se poursuivre.

Loin de nous l’idée de défendre le service public de l’audiovisuel tel qu’il est, tant les critiques que l’on peut formuler quant à nombre de ses contenus et de ses journalistes vedettes. Mais l’on ne peut rester passif face à la destruction en cours et aux mobilisations qui se multiplient chez les salariés, comme ce fut le cas récemment encore à France Bleu contre la réorganisation des grilles. Contre la baisse des moyens, contre la dégradation des conditions de travail, contre les directions inféodées au pouvoir politique et les chefferies éditoriales adeptes de la promotion de la doxa néolibérale, il s’agit de défendre un véritable service public de l’information et de la culture, par la construction d’une mobilisation conjointe des usagerEs et des salariéEs des médias.  

  • 1.Fernando Malverde, « Pour une refondation de l’audiovisuel public : histoire, diagnostic et propositions », 7 mars 2017, www.acrimed.org
  • 2.Marie Lherault, « Quelles ambitions pour l’audiovisuel public français ? », 21 septembre 2015, www.inaglobal.fr
  • 3.Cité dans Blaise Magnin, « Les projets du Président Macron pour les médias et l’audiovisuel public », 19 mai 2017, www.acrimed.org

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan