Trump, vieille histoire des “hommes en cravate discutant de la taille des missiles"

Le tweet de Donald Trump sur son bouton nucléaire « plus gros et plus puissant » que celui de Kim Jong-un est révélateur du discours sur l’arme atomique.

 3 janvier 2018 Arnaud Bihel - Les Nouvelles News

Nuage de la bombe atomique lancée sur Nagasaki le 9 août 1945. Par Charles Levy. (U.S. National Archives and Records Administration) [Domaine public], via Wikimedia Commons


« Moi aussi j’ai un Bouton Nucléaire, et il est bien plus gros et bien plus puissant que le sien, et mon Bouton, il fonctionne ! ». C’est ainsi que Donald Trump a répondu, mardi 2 janvier sur Twitter, à la menace du leader nord-coréen Kim Jong-un qui déclarait la veille avoir le bouton nucléaire en permanence sur son bureau.

Cette nouvelle sortie du président des États-Unis a provoqué un flot de réactions. Impossible en effet de la lire sans en faire immédiatement une autre lecture. Celle d’un « concours de bites », pour parler crûment. Ce qui serait risible si seulement l’arme atomique n’était pas en jeu.

Certains voient dans ce « Le mien est plus gros » l’expression d’une mentalité de cour d’école. D’autres en font une analyse plus féministe.

Lauren Wilcox, spécialiste du genre et des relations internationales, a réagi ainsi au tweet de Donald Trump : « Je me suis souvent dit que comparer l’arme nucléaire à un concours de celui qui pisse le plus loin était un résumé horriblement simpliste des critiques féministes du militarisme, mais c’est bien de cela qu’il s’agit ». 

L’obsession du président américain aura au moins l’avantage de redonner de la visibilité à ces critiques féministes du militarisme. En faisant ressurgir sur Twitter un texte d’une prédécesseure de Lauren Wilcox.

Carol Cohn avait étudié voilà 30 ans les discours sur la bombe atomique. Elle y décrivait cette profonde tendance des « stratèges militaires » à convoquer une imagerie liée à la sexualité masculine. Sa description des « hommes en cravate discutant de la taille des missiles » reste cruellement d’actualité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.