Nanterre comme ailleurs: les macronards à l'offensive contre les étudiants

LA PRÉSIDENCE DE L’UNIVERSITÉ DE NANTERRE ANNONCE LA SUPPRESSION DE LA COMPENSATION, DES RATTRAPAGES ET DE LA SEMAINE DE RÉVISION

Source: UNEF Tacle Nanterre

Hier, lors de la Commission de formation et de vie universitaire (CFVU), nos soupçons ont été confirmés. La Présidence a annoncé vouloir supprimer les rattrapages, la compensation et la semaine de révision. Cette décision serait votée à la CFVU du 13 janvier pour application à la rentrée de septembre.

Les rattrapages aux oubliettes

La présidence veut supprimer le droit au rattrapage et tout faire passer en contrôle continu intégral, avec des évaluations beaucoup plus régulières (dès la semaine 3 par exemple).

Fin de la compensation intégrale

Nous le savons depuis longtemps, M.Bréchet, vice-président de la CFVU, l'avait annoncé il y a plusieurs mois : la présidence voulait en finir avec la compensation intégrale. Aujourd'hui nous pouvons valider si, grace à la compensation, nous avons plus de 10 à la moyenne de l'année. La présidence veut supprimer ce droit. Avec leur nouveau projet, pour valider l'année il faudra obligatoirement avoir plus de 10 dans l'UE dit 'fondamental'. Il s'agit du bloc de matières le plus lourd.

Fin de la semaine de révision

La grande nouveauté c'est que la présidence, dans son projet fait disparaitre totalement la semaine de révision sous l'argument que la semaine 13 ne sera pas remplie à 100%, et surtout que ce n'est pas une obligation reglementaire (entendre que la loi ne les oblige en rien de maintenir une semaine de révision)

La Présidence explique que ces mesures permettraient d'améliorer la réussite des étudiants, beaucoup trop nombreux à ne pas poursuivre leurs études en M1. Cela est faux, la suppression de ces droits poussera de plus en plus d'étudiants à l'échec. La Ministre Frédérique Vidal incite les universités à faire de même afin de durcir les exigences et d'instaurer une sélection de fait au cours de la licence. Pour garantir l'accès au Master, il faut supprimer la sélection en M1 et permettre à tous de ne pas avoir à se salarier à côté de ses études.

Ces mesures rentrent dans le cadre d'un projet destructeur qui s'appelle le LMD4. Celui-ci prévoit, en plus, la suppression de 2 millions d'euros sur le budget de formation.

La présidence profite d'une période de fin d'année, d'une période d'examen, de vacances, pour faire passer en douce cette attaque, espérant ainsi empecher toute mobilisation étudiante.

Initialement, l'objectif de Balaudé c'était de faire voter cette mesure en décembre 2018. Or la grève qui s'était déclenchée à ce moment-là avait permis le maintien de la compensation et des ratttapages, en plus de la non-application de la hausse des frais d'inscription.

C'est donc par ce chemin là, celui de la grève et de la mobilisation massive qu'on pourra à nouveau défendre nos droits ! Nationalement se prépare une grève massive, d'ampleur, à partir du 5 décembre contre la réforme des retraites. Nous appelons les étudiants de Nanterre à rejoindre la grève à partir du 5 décembre (https://facebook.com/events/560758027822170) et à participer massivement à l'Assemblée générale de demain (
https://www.facebook.com/events/473821323255523). Nous devons nous battre contre la réforme des retraites, mais plus largement contre la politique du gouvernement et de ses relais comme Balaudé. La bataille contre la réformes des retraites est aussi l'occasion de prendre notre revanche et de gagner sur d'autres sujets !

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, MERCREDI 4/12, 12H30

L’image contient peut-être : une personne ou plus, mème et texte

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.