Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 févr. 2021

Délit de séparatisme » : LFI s’abstient et le PCF vote l’article répressif

L’examen de la loi séparatisme continue à l’Assemblée Nationale. Alors qu’un article particulièrement répressif, l’article 4, était voté ce jeudi, LFI et le PCF ont choisi une attitude conciliante. Alors que le PCF a voté pour l’article, LFI s’est abstenu, permettant son adoption à l’unanimité.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 par Paul Morao -RP

ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

Jeudi soir, l’Assemblée Nationale a voté l’article 4 de la loi « confortant le respect des principes républicains » qui introduit un nouveau délit. Celui-ci énonce : « est puni de cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende le fait d’user de menaces, de violences ou de commettre tout autre acte d’intimidation à l’égard de toute personne participant à l’exécution d’une mission de service public, afin d’obtenir pour soi même ou pour autrui une exemption totale ou partielle ou une application différenciée des règles qui régissent le fonctionnement dudit service ».

Un article voté à l’unanimité puisque le PCF a voté pour ce jeudi, tandis que La France Insoumise s’est contentée de s’abstenir. Une attitude scandaleuse face à une mesure répressive qui vise à renforcer l’arsenal permettant de réprimer les musulmans, et qui pourrait être instrumentalisé plus largement.

En effet, l’article instaure un « délit de séparatisme ». Comme l’explique Laurence Vichniesky, co-rapporteure du texte à Marianne il doit s’appliquer « lorsque l’on profère des menaces ou que l’on commet des violences ou des actes d’intimidation contre toute personne qui participe à une mission de service public, par exemple un médecin, une infirmière ou un enseignant. Celui qui commet l’infraction cherche à obtenir pour lui ou pour autrui – son enfant, sa femme, un ami… - une exemption totale ou partielle ou une application différenciée des règles qui régissent le fonctionnement du service public. » Et de donner un exemple : « Si on imagine le cadre de l’enseignement, ce peut être une famille qui ne veut pas que sa fille suive des cours de gymnastique. Bien sûr, pour que ce délit s’applique, il faut commettre des violences, des menaces ou un acte d’intimidation. »

En clair, un article aux contours très larges, à visée répressive, et dont on voit bien comment il pourrait être instrumentalisé dans un spectre très large de situations qui peuvent se poser au sein d’une institution. Pire, l’article se double d’une dimension xénophobe puisque l’article 4 bis qui l’accompagne permettra l’expulsion des étrangers concernés par ce délit. Une mesure qui, celle-ci, a reçu une opposition de La France Insoumise et une abstention du PCF.

Face à ce positionnement, il s’agit de réaffirmer que la loi séparatisme, profondément reactionnaire et islamophobe, n’est ni amendable ni négociable. S’abstenir ou voter des articles constitue une trahison vis-a-vis du mouvement social, qui s’est mobilisé le 12 décembre et le 31 janvier dernier contre la loi sécurité globale et la loi séparatisme mais aussi une caution de la politique du gouvernement. Le mouvement social doit dénoncer avec force ce vote : aucune concession au projet raciste du gouvernement !

Tous les jours 200 titres en 24 rubriques au service des acteurs de l’émancipation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire