Lyon: un étudiant s'immole par le feu en accusant Macron, Hollande et Sarkozy

Notre camarade et ami de Solidaires Etudiant.e.s Lyon s'est immolé par le feu devant le CROUS de Lyon hier après-midi. Brûlé à 90%, il est toujours entre la vie et la mort.

UNEF Tacle Lyon

La précarité tue.

Notre camarade et ami de Solidaires Etudiant.e.s Lyon s'est immolé par le feu devant le CROUS de Lyon hier après-midi. Brûlé à 90%, il est toujours entre la vie et la mort.

Son geste était politique. Ses raisons étaient politiques. Sa colère et son désespoir étaient politiques. Il visait par son acte une société raciste et libérale broyant les plus précaires. Ce cas n'est malheureusement pas isolé: la précarité frappe de plus en plus d'étudiant.e.s. A Lyon il y a quelques semaines déjà, une étudiante disait vouloir se donner la mort en mentionnant notamment une situation financière critique et la non-assistance du Crous qui pour des raisons administratives lui refusait une aide d'urgence. Nos conditions de vie s'aggravent toujours davantage et le gouvernement assombrit toujours plus notre avenir, par une réforme des retraites d'une violence inouïe, par son racisme décomplexé, par ses réformes du travail toujours plus dures pour les plus faibles et plus souples pour les patrons et les plus riches. Ce que notre camarade revendique par le salaire étudiant à vie et le salaire à vie, le fond le plus profond de son acte, c'est qu'il ne voulait plus qu'on perde notre vie à la gagner.

Notre camarade accuse Sarkozy, Hollande, Macron, Le Pen: faisons leur procès. C'est cette société capitaliste meurtrière qui est responsable.

Nous nous joignons à la douleur de ses proches et de nos camarades de Solidaires Etudiant.e.s Lyon, et partageons plus que jamais leur rage.

Comme il le dit à la fin de son message : "Vive le socialisme, vive l'autogestion, vive la sécu".

Nous aussi nous t'aimons.

L’image contient peut-être : texte

L’image contient peut-être : texte

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.