Un tiers des français prêts à se mobiliser contre la casse des retraites

44% chez les 50-64 ans, 41% chez les 35-49 ans et 41% chez les 25-34 ans, 47% chez les professions intermédiaires, 45% chez les employés et 44% chez les ouvriers. Et deux tiers des Français considèrent que la mobilisation contre la casse des retraites sera la début d’un mouvement social de grande ampleur. Regroupons nous partout. C'est le moment de dégager le roi.

Source: Sondage Elabe

Près de 9 Français sur 10 approuvent les mobilisations des pompiers et du personnel des urgences hospitalières, trois quarts approuvent la mobilisation des policiers et les marches pour le climat, deux tiers celle contre la réforme des retraites et la moitié la mobilisation des « gilets jaunes ».

Interrogés sur leur attitude vis-à-vis de différentes mobilisations sociales, les Français sont 91% à approuver la mobilisation des pompiers (66% la soutiennent et 25% ont de la sympathie) et 88% à approuver la mobilisation du personnel des urgences hospitalières (58% la soutiennent et 30% ont de la sympathie pour cette mobilisation).

Derrière, la mobilisation des policiers est approuvée par 78% des Français (40% de soutien et 38% de sympathie), les marches pour le climat par 74% des Français (35% de soutien et 39% de sympathie) et la mobilisation contre la réforme des retraites par 64% des Français (37% soutien et 27% sympathie).

Plus loin, la mobilisation des « gilets jaunes » est approuvée par un Français sur deux (51% dont 26% soutien et 25% sympathie), 37% la désapprouvent (16% y sont opposés et 21% y sont hostiles) et 12% y sont indifférents. L’approbation de la mobilisation des « gilets jaunes » est en hausse de 4 points par rapport à l’étude ELABE pour BFMTV du 3 octobre 2019, sa désapprobation est en baisse de 4 points, et l’indifférence reste stable.

Les mobilisations des pompiers et du personnel des urgences hospitalières enregistrent des niveaux d’approbation très élevés parmi l’ensemble des catégories sociales et des électorats.

La mobilisation des policiers est également largement approuvée par l’ensemble des catégories sociales, sauf les 18-24 ans qui l’approuvent mais de manière moins prononcée (60% approuvent la mobilisation, 19% y sont indifférents et 21% la désapprouvent).

L’ensemble des principaux électorats du 1er tour de l’élection présidentielle de 2017 approuvent largement la mobilisation des policiers : les électeurs d’Emmanuel Macron l’approuvent à 91%, ceux de François Fillon à 87%, ceux de Jean-Luc-Mélenchon à 81% et ceux de Marine le Pen à 77%.

Les marches pour le climat sont approuvées par l’ensemble des catégories sociales ainsi que par les différents électorats : Jean-Luc Mélenchon (87%), Emmanuel Macron (81%), François Fillon (65%) et Marine Le Pen (65%).

La mobilisation contre la réforme des retraites est majoritairement approuvée par l’ensemble des catégories sociales de la population, notamment les catégories sociales populaires (74%) et les salariés du secteur public (78%). Par contre on observe des écarts importants d’approbation entre les différents électorats : les électeurs de Jean-Luc Mélenchon sont 81% à approuver cette mobilisation, ceux de Marine Le Pen 80% et les abstentionnistes 69%, alors que les électeurs d’Emmanuel Macron ne sont que 49% à l’approuver et ceux de François Fillon 44%.

Enfin la mobilisation des « gilets jaunes » est davantage approuvée par les principales tranches d’âge d’actifs (25-64 ans) (entre 55 et 56%) et par les catégories populaires (63%, dont les ouvriers 71%), et entraîne une forte polarisation politique puisque les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (78%), de Marine Le Pen (71%) et les abstentionnistes (52%) l’approuvent majoritairement alors que les électeurs d’Emmanuel Macron et de François Fillon la désapprouvent largement (respectivement 69% et 62% de désapprobation)...

L’opposition au projet de réforme des retraites est l’opinion la plus exprimée parmi les principales tranches d’âge d’actifs (48% chez les 25-34 ans, 58% chez les 35-49 ans et 52% chez les 50-64 ans), alors que parmi les personnes âgées de 65 ans et plus c’est le soutien à la réforme des retraites prévue par l’exécutif qui prévaut (47%, +2 points). Les jeunes de 18-24 ans sont partagés entre indécision (36% ni favorable, ni opposé, +1), opposition (35%, -15) et soutien (27%, +13) à la réforme.

Par rapport à début octobre, c’est chez les 25-34 ans et les 35-49 ans que l’on observe la plus forte baisse du soutien à la réforme (respectivement 21% favorable -12 points, et 20% favorable -12) en faveur d’une hausse de l’opposition (respectivement 48% opposé +12, et 58% opposé +14).

Le seconde plus forte baisse du soutien à la réforme s’exprime chez les catégories sociales populaires (19% favorable, -10) qui voient leur opposition à celle-ci augmenter (55%, +7).

Politiquement, la réforme des retraites continue de cliver entre d’un côté les électeurs d’Emmanuel Macron et de François Fillon, qui sont respectivement 60% (-4) et 52% (-5) à être favorables à la réforme, et d’un autre côté les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, de Benoît Hamon et de Marine Le Pen qui sont respectivement 75% (+10), 62% (-2) et 67% (+7) à y être opposés.

Entre ces deux pôles, les abstentionnistes sont eux aussi plutôt opposés à la réforme (48%, +1) mais un tiers d’entre eux se déclare ni favorable ni opposé (33%, +1).

Plus d’un tiers des Français se déclarent prêts à se mobiliser contre la réforme des retraites.

37% des Français déclarent être prêts à se mobiliser dans les semaines à venir contre la réforme des retraites prévue par Emmanuel Macron et le gouvernement d’Edouard Philippe (11% certainement et 26% probablement) et 62% déclarent ne pas être prêts à se mobiliser (28%certainement pas et 34% probablement pas).

Le potentiel de mobilisation est plus important au sein des principales classes d’âge d’actifs : 44% chez les 50-64 ans, 41% chez les 35-49 ans et 41% chez les 25-34 ans. Même constat parmi les classes moyennes et populaires : 47% chez les professions intermédiaires, 45% chez les employés et 44% chez les ouvriers ; alors que seulement 31% des cadres se déclarent prêts à se mobiliser. Enfin, la majorité des salariés du secteur public (59%) se déclarent prêts à se mobiliser.

Politiquement, la question de la mobilisation clive fortement les différents électorats : -Une majorité des électeurs de Jean-Luc Mélenchon (61%) et de Benoît Hamon (55%) s’estiment prêts à se mobiliser dans les semaines à venir. -Alors que seulement un cinquième des électeurs d’Emmanuel Macron (20%) et de François Fillon (20%) envisage cette option. -Entre les deux, les électeurs de Marine le Pen sont partagés puisque 49% déclarent être prêts à se mobiliser et 50% déclarent le contraire.

Deux tiers des Français considèrent que la mobilisation contre la réforme des retraites sera la début d’un mouvement social de grande ampleur.

66% des Français estiment que la mobilisation prévue le 5 décembre sera le début d’un mouvement social de grande ampleur (20% certainement et 46% probablement) et 33% estiment que cela ne sera pas le cas (5% certainement pas et 28% probablement pas).

L’ensemble des catégories sociales de la population estiment majoritairement que la mobilisation prévue le 5 décembre sera le début d’un mouvement social de grande ampleur.

Même constat au sein des électorats, cette opinion est partagée par 78% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, 74% de ceux de Benoît Hamon, 71% de ceux de Marine Le Pen, 62% de ceux de François Fillon et 56% de ceux d’Emmanuel Macron.

Télécharger le rapport d’études ici !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.