Trump en mode Staline

Trump aimerait ajouter son portrait à ceux des hommes qui ont menti, triché et assassiné des personnes innocentes dont le seul crime était de vivre sur leurs terres.

Capture d’écran - TwitterLe New York Times du week-end dernier rapporte les conversations entre Trump et le gouverneur Kristi Noem du Dakota du Sud au sujet du Mont Rushmore au cours des dernières années, dont une dans laquelle le président lui aurait dit: « Savez-vous que c'est mon rêve d'avoir mon visage sur le Mont Rushmore ? ». "J'ai commencé à rire. Il ne riait pas, donc il était totalement sérieux", a ajouté Noem.

Dans un tweet publié d’hier, Trump écrit : "Je ne l'ai jamais suggéré, bien que, compte tenu des nombreuses choses accomplies au cours des trois premières années et demie, peut-être plus que toute autre présidence, cela me semble être une bonne idée".

Le New York Times rappelle que la Maison Blanche avait déjà contacté le gouverneur Noem sur la possibilité d'ajouter la tête de Trump à la montagne l'année dernière. Le Service des parcs nationaux, aurait répondu poliment qu’il n'existe aucun moyen sûr d'ajouter une cinquième effigie au monument.

Les leaders indigènes n’avaient pas manqué lors de la visite le 4 juillet de lui rappeler qu’il n’avait aucun droit à détruire un peu plus la montagne. Julian Bear Runner, président du Conseil tribal des Sioux Oglala, avait déclaré : « Les terres sur lesquelles cette montagne est sculptée et celles qu'il s'apprête à visiter appartiennent à la nation des Grands Sioux en vertu d'un traité signé en 1851 et du traité de Fort Laramie de 1868 et je dois dire à qu'il n'a pas la permission de ses propriétaires souverains d'origine d'entrer sur le territoire pour le moment".

De son côté, le Réseau environnemental indigène, avait déclaré avant l'arrivée de Trump. "Ce spectacle n'est rien d'autre qu'un rappel que le colonialisme des colons est bien vivant".

Le président de la nation sioux de Cheyenne River, Harold Frazier a été tout aussi clair, affirmant que les indigènes "voient les visages des hommes qui ont menti, triché et assassiné des personnes innocentes dont le seul crime était de vivre sur les terres que les présidents américains voulaient voler".

Deux traités séparés au milieu des années 1800 ont désigné la zone où se trouve le Mont Rushmore comme une réserve pour les Sioux, mais après la découverte d'or dans les Black Hills, le gouvernement fédéral les a obligés à renoncer à certaines parties du territoire. En 1980, la Cour suprême des États-Unis a jugé que la saisie de ces terres était illégale…Mais Trump s’en moque, il tient tout comme Staline, à voir sa bobine dominer le paysage.

*****

En complément, extraits des dernières 24 heures de ma revue de presse en deux éditons par jour:

Wall Street parie sur Biden PAR JEAN-MARC B

BLM, Covid et élections : un été US sous tension par Le Média 

Trump Thinks It’s a “Good Idea” to Add His Own Face to Mount Rushmore par Chris Walker (TruthOut)

Climate Activists Push Biden to Cut Ties With Industry-Friendly Energy Advisers par Candice Bernd (TruthOut)

Trump Signs Executive Orders After Coronavirus Bill Stalls, Dems Say They Are Unconstitutional -Democracy Now

Postmaster General, a Trump Ally, Overhauls Leadership of USPS Ahead of Elections -Democracy Now

Salt Lake City Protesters Face Life in Prison over Broken Windows, Red Paint -Democracy

Trump n’a aucun problème à laisser les milliardaires profiter de la pandémie
 -Robert Reich

Donald Trump veut interdire l'utilisation de WeChat aux Etats-Unis-L’Usine Digitale

As schools reopen, a study found tens of thousands of children in the U.S. tested positive for the virus in late July. Here’s the latest. -NYT

Democrats say Trump’s virus orders are ‘unconstitutional’ -FT

Does your state want to cut carbon emissions? These old laws could be standing in the way. par Emily Pontecorvo (Grist)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.