Au Havre, la CGT veut « un blocage économique, pour se faire entendre »

Après une première mobilisation au Havre, la CGT travaille sur de nouvelles actions, dans les prochains jours, pour amplifier le mouvement contre les ordonnances Macron.

12 Sep 17 - Actu.fr

La première journée de mobilisation contre les ordonnances Macron, mardi 12 septembre 2017, au Havre (Seine-Maritime), a mobilisé entre 4 000 (police) et 10 000 manifestants (syndicats).

Un bilan « plutôt satisfaisant », pour l’intersyndicale, qui espère voir ce mouvement se développer, dans les prochaines semaines. Une nouvelle manifestation est d’ores et déjà annoncée par la CGT jeudi 21 septembre.

LIRE AUSSI : Réforme du Code du travail : en Normandie, des milliers de manifestants ont défilé dans le calme

Mobiliser les entreprises

Pour Reynald Kubecki, secrétaire général de l’union locale CGT du Havre, cette première journée est un bon début, pour la mobilisation contre les ordonnances Macron :

Nous avons eu plus de secteurs professionnels représentés lors de cette mobilisation, par rapport à la première manifestation contre la loi Travail, en 2016. L’année dernière, il y avait 4 000 manifestants à la première manifestation contre la loi El-Khomri, et on sait comment cela s’est développé ensuite. 

Dans le cortège havrais, ce dernier estime que 2 500 dockers et portuaires étaient présents, ainsi que de nombreuses entreprises représentées telles que Sidel, Dresser-Rand, SPIE, etc. « Nous avions également avec nous des représentants des retraités, hôpitaux, de l’éducation, des cheminots… » Une mobilisation qu’il espère voir grandir, notamment dans les entreprises.

Il y avait du monde à notre assemblée générale de fin de manifestation, à Franklin, et les débats étaient intéressants. L’objectif est de mobiliser les entreprises, pour que le mouvement ait plus de poids.

LIRE AUSSI : Meeting. Poutou, Ruffin et Assa Traoré attendus près du Havre pour « faire front au gouvernement »

La CGT du Havre doit se réunir en assemblée générale, vendredi 15 septembre, pour préparer le prochain rassemblement du 21 septembre, et réfléchir aux différentes actions à mener, auprès de la population et des entreprises, pour que le mouvement prenne de l’ampleur.

Ce qu’il faut, c’est un blocage économique, pour se faire entendre. Cela se fera par la discussion des syndicats avec les salariés des entreprises.

Un blocage qui se ferait alors par les salariés des entreprises. L’intersyndicale précise que pour l’heure, « aucun blocage n’est prévu ». Des distributions de tracts seront pour le moment les principales voies de communication avec le public, en dehors des manifestations.

Enfin, l’intersyndicale du Havre attend beaucoup de monde pour son meeting organisé à La Forge d’Harfleur (Seine-Maritime), près du Havre, jeudi 21 septembre 2017, où sont attendus des personnalités politiques telles que Philippe Poutou du NPA, ou encore le député La France insoumise François Ruffin, ainsi qu’Assa Traoré, militante contre les violences policières.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.