Cancers à la chaîne, quand l’usine tue. Audio

Voici l'affaire des verriers de Givors, une petite ville près de Lyon. Depuis la fermeture de leur usine en 2003, les ouvriers meurent tour à tour d’une épidémie de cancers : poumons, foie, intestins, pharynx… Les survivants ont enquêté, rassemblé les preuves et trouvé les coupables.

13 décembre 2017 - France Inter

56 minutes - Audio ici

Ils s’appellent amiante, silice, plomb, arsenic, hydrocarbures aromatiques polycycliques ou encore fibres céramiques réfractaires. Ces substances cancérogènes, les verriers de Givors les ont inhalées et manipulées sans en connaître les risques pendant des dizaines d’années.

En 2009, suite à une enquête, les chiffres tombent. Les résultats sont accablants. Sur 208 ouvriers interrogés, cent ont été touchés par le cancer. Et 40 sont déjà morts. Le cancer touche dix fois plus les verriers que le reste de la population française.

Alors, ces ouvriers ont décidé de se battre pour essayer de comprendre et faire éclater la vérité. C’est ce combat, cette résistante, que nous allons vous raconter.

Qui a tué les verriers de Givors ?  Face à une multinationale et l’Etat, les ouvriers vont-ils réussir à faire condamner les responsables ? 

Invité Pascal Marichalar

Pascal Marichalar est sociologue et historien, chercheur au CNRS, membre de l'Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux.  Il a suivi le combat des verriers de Givors depuis 2013 et vient de faire paraître un ouvrage relatant leur combat : Qui a tué les verriers de Givors ? aux éditions La Découverte.

Ressources

Le documentaire Perdre sa vie à la gagner film de Liza Fanjeaux, produit par Magneto Presse.

Des articles dans Médiapart dont Maladie professionnelle: «Les verriers de Givors sont en quête de justice» de Mathilde Goanec

Programmation musicale

  • RADIOHEAD : There there (the boney king of nowhere)
  • DIRE STRAITS : Industrial disease
  • Camilia JORDANA: Ce qui nous lie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.