Jean-Luc Mélenchon à l’anniversaire de Zemmour...

L’information est reprise par Libération, suite à une nouvelle bio. Elle avait déjà filtré et César, comme il s’auto-désigne, n’a jamais démenti car il y avait trop de témoins…

15 novembre 2018

Dans l’avant-propos du livre qui vient de paraitre  « Mélenchon : aux portes du pouvoir » (éditions F1RST) des journalistes Mélanie Delattre et Clément Fayol, on lit:

«Celui qui dénonce le jour les "belles personnes" ne s’interdit pas, dans le même temps, de s’afficher à la fête d’anniversaire d’Eric Zemmour - soirée déguisée sur le thème Napoléon au château de Malmaison. »

Cette fête des 50 ans du fasciste Zémour figure aussi dans un papier de L’Express de 2009. On y lit:

«L’automne dernier, Zemmour a fêté ses 50 ans. Sa femme avait réservé la petite Malmaison, l’ancienne résidence de l’impératrice Joséphine, à Rueil, en banlieue parisienne. Des jeunes gens en uniforme de grenadier de l’Empire y accueillaient les invités. On a même fait tonner le canon. L’amoureux de Bonaparte était aux anges. Tous ses amis étaient là, en une brochette éclectique, à l’image de l’omnijournaliste. Le socialiste Jean-Christophe Cambadélis trinquait avec Henri Guaino sous le regard attendri de Dick Rivers».

Jean-Christophe Cambadélis vient de confirmer à Libération que cet anniversaire a bien eu lieu. Et que Jean-Luc Mélenchon y a bien participé. «À l’entrée, des soldats déguisés en Napoléon avec des tambours accueillaient les invités», se rappelle Cambadélis, qui confirme aussi la présence de Dick Rivers et des Balkany.

melenchon-dassault
Quoi de plus excitant pour César que d’être accueilli par des soldats de Napoléon…Et de faire partie de la caste des politiciens, admirateur du complice de crimes de guerre, le marchand de mort Dassault. 

Les militants lutte de classe de la FI en tirent la leçon plus nombreux chaque jour en reprenant leur liberté, laissant les opportunistes à la lutte des places. Bienvenue à tous !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.