À bas la sélection. Étudier est un droit, pas un privilège !

Depuis l'année dernière, avec Parcoursup, la sélection s'est imposée à l'entrée de l'Université. Le Bac ne garantit plus l'accès aux études supérieures. Les premier-e-s touché-e-s par ce tri social sont les candidat-e-s issu-e-s des classes populaires ainsi que des lycées et quartiers les plus défavorisés.

16 septembre - Unef Tacle Nanterre 

© UNEFTACLE


En 2018, 180 000 candidat-e-s ont quitté la plate-forme Parcoursup en cours de route et 45 000 ont été classé-e-s comme inactifs/ives. Sur les 811 000 inscrit-e-s, c'est un-e candidat-e sur quatre qui se retrouve sans affectation. Faisant ainsi de Parcoursup une véritable machine de tri social.

La sélection s'impose aussi à l'entrée du Master, le passage de la L3 au M1 n'est plus une garantie. Or, quelles chances peut-on avoir de trouver un emploi stable et bien payé en sortant de la fac avec uniquement une licence ? S'inscrire dans la fac et la filière de son choix devrait être un droit !

À Nanterre, l'UNEF a recensé plus de 300 dossiers d'étudiant-e-s sans-facs. Ceux-ci sont mobilisés pour exiger que M. Balaudé et M. Bréchet (président et vice-président de l'UPN) ouvrent des places pour eux. Soutenons-les !

En parallèle, la présidence de Nanterre fait le choix de réduire de 2 millions d'euros le budget alloué aux formations. Cela veut dire, à terme, des cours en ligne et non en présentiel, des filières et des options supprimées, et des profs de moins en moins embauchés.

Sélection et réductions budgétaires vont de paire : nous devons nous y opposer collectivement en bloc !
Personne ne doit se retrouver en dehors de l'Université : étudier est un droit, pas un privilège ! Non aux réductions budgétaires !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.