Nanterre: agression raciste des fascistes suppôts de la sélection Macron-vidéo

La Cocarde étudiante, association d’extrême-droite, raciste, sexiste et homophobe, est venue ce matin pour préparer les élections de la COMUE de demain. Ils ont frappé Selim, l'un de nos camarades car il est maghrébin et militant de gauche !

© UNEFTACLE

LA COCARDE ÉTUDIANTE TABASSE UN ETUDIANT POUR SA COULEUR DE PEAU ET SON ENGAGEMENT MILITANT.

Dans cette vidéo on voit le camarade, après s’être pris des coups, à terre en train de se faire écraser puis étrangler. Celui-ci s'est vu prescrire trois jours d'interruption de temps de travail.

Cette attaque à caractère ouvertement raciste n’est pas une surprise, ce sont les agissements classiques de la Cocarde. Derrière leurs discours anti-blocage se cache leur véritable nature : celle d’une organisation qui veut virer les immigrés et les LGBT, qui s’oppose à l’avortement et à la PMA. Dans le passé, ils ont déjà participé à des attaques fascistes contre des étudiants mobilisés, notamment à Paris 4 et à Paris 1 Tolbiac en 2018.

Cette organisation a ouvertement soutenu Éric Zemmour lorsqu’on lui a refusé la parole à la télévision. Zemmour a comparé les musulmans à des « colonisateurs ». Il est même allé jusqu’à les comparer à des nazis en disant lors de la Convention de la droite que les « djellabas » ressemblaient aux « uniformes des armées d’Occupation » ! Dans la même lignée, ils organisent des conférences avec Marion Maréchal le Pen et Jordan Bardella.

Bien sûr, la Cocarde s’est fait le relais de la politique d’Emmanuel Macron : soutien à la sélection sociale avec ParcourSup, à la loi Asile Immigration, à la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, entre autres.

Ils sont racistes, sexistes et homophobes, ils n’ont rien à faire dans notre université ! Leur objectif c’est d’obtenir des voix à la COMUE afin d’avoir des positions institutionnelles et pouvoir mieux diffuser leurs idées. Nous appelons demain à voter contre la Cocarde en votant pour la liste UNEF. Pour autant, cela ne sera pas suffisant, loin de là, pour éviter qu’ils se construisent. Nous appelons à la mobilisation la plus large, demain, afin de défendre une université ouverte à toutes et à tous, indépendamment de sa nationalité, couleur de peau, religion, ou quartier d’origine !

#FachosHorsDeNosFacs

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.