Les syndicats n'ont rien à faire dans cette "concertation"

CE N'EST PAS EN TIRANT DANS LEUR PROPRE BUT QUE LES DIRECTIONS SYNDICALES VONT GAGNER LE NOUVEAU MATCH QUE LEUR IMPOSE MACRON ET QU'ILS VONT DONNER ENVIE DE LES SUIVRE

17 Juillet 2018 - Luttes invisibles

SOMMET SOCIAL DU 17 JUILLET ENTRE MACRON ET LES DIRIGEANTS SYNDICAUX
(pas une négociation) où Macron va seulement obtenir leur caution pour ses nouvelles attaques contre les retraités et les chômeurs.

L’image contient peut-être : stade et plein air

Les huit dirigeants des principales organisations syndicales et patronales (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Medef, CPME et U2P) viennent de créer ce 11 juillet un « CLUB DES 8 » pour collaborer sur les « mutations économiques et technologiques », et soit-disant "peser ensemble" le 17 juillet à l'Élysée devant Macron. Tous se reverront dès septembre.
- « C'est un bon signe … », approuve le secrétaire général de la CGT.
- « Un climat cordial », pour le nouveau patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.
- « Un climat de discussion extrêmement serein sur les grands enjeux de transformation et de mutation économiques et sociales dans notre pays », pour Laurent Berger de la CFDT.

1 - Puisque Macron gouverne pour les Riches, les patrons, les actionnaires et les banquiers, alors nous allons rencontrer les associations de patrons, d’actionnaires et de banquiers pour explorer une collaboration étroite.

2 - Puisque les Ordonnances ont en partie détruit les droits des délégués à l’entreprise au profit du pouvoir des employeurs, les confédérations syndicales passent par en haut, et opèrent une jonction avec les employeurs pour occuper un strapontin.

3 - Puisque la CFDT a pris cette orientation de collaborer à l’édifice du libéralisme commun et d’arrêter de porter les revendications communes et les mouvements sociaux, le sommet du sommet de la CGT en fait autant. Il s’agit de faire cause commune, de constituer « un club des 8 », composée des huit dirigeants des principales organisations syndicales et patronales.

4 - Le congrès des syndicats de la Confédération Générale du Travail, prévu en avril 2019, s’est joué au Conseil Économique et Social ce 11 juillet. L’appréciation de l’actuel secrétaire général de la CGT ne laisse aucun doute :
« Il y a plein de sujets à discuter, notamment la convention de l'assurance chômage. Quand les représentants des patronats et des syndicats se rencontrent, c'est un bon signe pour aborder les sujets qui concernent le dialogue social et les sujets interprofessionnels".
Le 17 juillet vient entériner devant le roi cette nouvelle capitulation syndicale.
C'est pas en tirant dans leur propre but que les directions syndicales vont gagner le nouveau match face à Macron

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.