Les macronards bégaient devant les violences policières- Revue presse Lulu

Source: Regards

-"Les violences policières passent au premier plan." (André Gunthert, enseignant-chercheur à l’Ecole des Hautes études en sciences sociales (EHESS) ; vidéos)  : 

https://blogs.mediapart.fr/andre-gunthert/blog/150120/les-violences-policieres-passent-au-premier-plan-1?utm_source

 "La répression des Gilets jaunes marque un tournant" ; vidéo : https://www.dailymotion.com/video/x7q6t6m

 "Pour qui roule la police ?" (Christian Mouhanna, sociologue et directeur du Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP) ; son :https://www.franceculture.fr/emissions/politique/pour-qui-roule-la-police?utm_medium=Social&utm_source

 "La colère de Patrice Ribeiro, secrétaire national du syndicat de police Synergie-officiers, après le changement de ton du pouvoir." (au micro de Jean-Jacques Bourdin ; vidéo) : https://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/l-interview-savoir-comprendre-patrice-ribeiro-1601-1215345.html

 "Les fautes sont systématiquement sanctionnées." (...) "J’ai une grande déception vis à vis de Ségolène Royal. C’est une grande femme d’État. Qu’elle ignore la différence entre faire de la politique et faire de la diplomatie est parfaitement inacceptable." (la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye ; invitée de Léa Salamé ; vidéo) : https://www.youtube.com/watch?v=FT3B0tPdXNU

 Maintien de l’ordre : un Macron plus "policé". (Yaël Goosz ; son) : https://www.franceinter.fr/emissions/la-semaine-politique-de-yael-goosz/la-semaine-politique-de-yael-goosz-17-janvier-2020

"Les violences policières ont une définition légale qui ne prend en compte que les violences physiques injustifiées ou disproportionnées. Or l’usage de la force est souvent injustifié et disproportionné aujourd’hui, en raison de l’utilisation d’armes que dans la plupart des pays européens on interdit désormais." (...) "On voit bien qu’il y a une tension entre les ONG qui ont tendance à insister sur la dimension de réfugiés, et les gouvernements qui ont tendance à parler de migrants. J’essaie de parler d’exilés." (Didier Fassin, sociologue et médecin, qui est entré jeudi au Collège de France. Il était l’invité d’Ali Baddou ; vidéo) : https://www.youtube.com/watch?v=PvwZy3630KQ

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.