Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10594 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2017

Quand la bulle chinoise éclatera… par François Leclerc

La croissance économique a atteint 6,9% au premier trimestre, expression d’un boum des investissements publics dans les infrastructures et de la constitution d’une bulle immobilière. Pour la direction chinoise, le maintien de cette croissance reste prioritaire pour préserver la paix sociale et la stabilité du régime. Mais derrière l’apparente robustesse de l’économie se cache une grande fragilité.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Blog Paul Jorion

Afin de mieux en juger, les analystes ont délaissé leurs habituels repères pour juger de l’état de l’économie chinoise. Pour eux, le chiffre important est désormais celui du volume des prêts, en raison de l’énormité atteinte par la bulle de l’endettement – qui dépasse 260% du PIB – et des obstacles rencontrés pour la maitriser.

La banque centrale chinoise (Popular Bank of China, PBoC) tente de resserrer le crédit, notamment en relevant ses taux courts sur le marché, mais cela ne suffit pas. Dans ses comptes, les analystes suivent mois après mois l’évolution d’un agrégat, le « social financing », qui mesure le volume effectif du crédit. L’intérêt de celui-ci est qu’il rend compte de l’activité du crédit en général, qu’il soit privé ou public, dispensé par les banques publiques ou par le « shadow banking ».

Si un repli du volume des prêts des banques publiques peut être constaté, il n’en est pas de même du niveau du « social financing », qui reste très élevé. Comme si les emprunteurs avaient transité du secteur bancaire traditionnel réglementé à celui du « shadow banking », qui l’est peu voire pas du tout. La PBoC a peu de prise sur ce dernier, qui continue à grossir, ainsi que sur l’envolée du volume des prêts accordés au sein de cette nébuleuse incontrôlable.

Les autorités chinoises sont dès lors placées devant un dilemme, car étouffer le « shadow banking » pour stopper l’envolée du crédit aurait pour conséquence d’enrayer l’activité économique, alors qu’elles s’efforcent de la soutenir. Ne pouvant pour cette raison s’y résoudre, elles perdent leur seule véritable moyen de réduire l’endettement ainsi que le danger d’un éclatement dévastateur de l’énorme bulle financière qu’il représente.

Ainsi que le faisait remarquer Martin Wolf dans sa chronique du Financial Times, c’est en Chine que se trouvent plus qu’ailleurs réunies les conditions d’une nouvelle crise financière mondiale aiguë, qui selon lui pourrait dépasser par son ampleur initiale celle dont nous continuons à subir les effets. Le « shadow banking » est étroitement connecté aux banques publiques, l’ensemble devenu le plus grand système bancaire mondial par sa taille, de plus en plus intégré au système financier occidental.

Présenté comme voie royale de la mutation de la Chine, le développement des liens financiers avec celle-ci est à double tranchant, intégrant progressivement à un système mondial qui n’a pas retrouvé sa stabilité un système financier chinois complexe et fragile. D’où quelques inquiétudes…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart