Halte à la répression du mouvement étudiant à Nanterre

Les militants de l'UNEF Victor et Micka sont convoqués en section disciplinaire. Ils risquent l'exclusion. On leur reproche l'ensemble des actions menées collectivement, de septembre à novembre, pendant la lutte pour l'inscription des sans-facs, et dans le cadre de la mobilisation contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s.

UNEF TACLE

TOUTES ET TOUS AU RASSEMBLEMENT DE NANTERRE CE LUNDI 21!
12h30 devant le batiment B avant le Conseil d'Administration qui commencera à 13h.
l'événement -> (https://www.facebook.com/events/380896072668751).

Nous demandons à ce qu'une délégation soit reçue à ce CA pour contester cette mesure !

À Nanterre, Balaudé poursuit sa politique d'intimidation répressive. Ne le laissons pas faire !

Déjà sous le coup d'un arrêté d'interdiction de circulation dans l'université, Victor et Micka sont maintenant convoqués en section disciplinaire. Ils risquent l'exclusion. On leur reproche l'ensemble des actions menées collectivement, de septembre à novembre, pendant la lutte pour l'inscription des sans-facs à l'université, et dans le cadre de la mobilisation contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s.

On veut faire croire qu'ils sont des éléments "perturbateurs" et "violents". En réalité, on veut les réprimer pour la simple et bonne raison qu'ils ont défendu, avec des centaines d'autres étudiant-e-s, leurs conditions d'études et l'accès pour tou-te-s à l'Université !

Face à la mobilisation étudiante contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s, la présidence est allée jusqu’à faire appel aux vigiles privés avec chiens, aux CRS garés aux abords de l'Université, au vote électronique pour contourner les décisions des AG…

Balaudé porte déjà la responsabilité de l'intervention des CRS le 9 avril dernier lors d'une assemblée générale contre la sélection, ayant entraîné la condamnation à 6 mois de prison ferme pour Roga et 4 mois de prison avec sursis pour Victor. Nous exigeons toujours la relaxe pour ces deux camarades. Et maintenant, cette présidence qui avait "regretté" les faits d'avril, s'acharne contre ces mêmes camarades ! C'est ça "l'esprit de Mai 68" dont la présidence se revendique ?

Bien que soit disant opposé à la réforme, Balaudé continue de faire le jeu du gouvernement, celui de réprimer celles et ceux qui relèvent la tête et défendent leurs droits. Son objectif est simple : exclure l'activisme militant de Nanterre en prenant des mesures qui cherchent à écarter des militants et à intimider les étudiant-e-s mobilisé-e-s. Nous ne pouvons pas tolérer cette répression, en s'attaquant à ces camarades, la Présidence s'en prend à toute la mobilisation.

L'arrêté doit être levé et les poursuites disciplinaires abandonnées ! Liberté de militer pour Victor et Micka et abandon des poursuites ! Relaxe pour Victor et Roga !

De même, nous appelons à l'AG du 17 janvier contre la hausse des frais d'inscription (https://www.facebook.com/events/245243436392740), la suppression de la compensation et des rattrapages, et contre toutes les mesures antisociales de ce gouvernement.

Signez la pétition ici.

© UNEFTACLE
 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.