Le vol du travail par le capital fait un bond sans précédent au premier trimestre

Les dividendes, qui ne sont qu'une part du profit, donc du travail volé aux salariés, ont explosé à l'échelle mondiale comme jamais au premier trimestre: +7,8%. Le démantèlement des acquis sociaux et le renforcement de l'Etat policier, en France comme ailleurs, sont à la mesure de l'augmentation du vol, soit un doublement en 10 ans.

19 mai 2018 - 

travail-patron

Les dividendes versés aux actionnaires dans le monde ont encore progressé de 7,8 % au premier trimestre 2019. Un record sur cette période.

Sur  les trois premiers mois de 2019, les groupe cotés en Bourse ont distribué 263,3 milliards de dollars, selon l'étude de référence de la société de gestion Janus Henderson. Sur un an, les dividendes ont augmenté de 7,8 %. Du jamais vu sur un premier trimestre. Le vol du travail est bien sûr beaucoup plus important, puisque dans le profit de ces groupes il faut ajouter les investissements, qui sont propriété des propriétaires, autrement dit des parasites, et pas de ceux qui travaillent, et les impôts, largement consacrés à entretenir les fonctions dites régaliennes de Etats, autrement dit policières, militaires et judiciaires, chargées d'assurer la dictature du capital.

Aux Etats-Unis, les dividendes ont atteint 122,5 milliards de dollars (+8,3 % ). En Asi Pacifique hors Japon, elles ont progressé de  14,7 % pour atteindre 18,1 milliards de dollars. 

En Europe, les chiffres sont moins significatifs, car peu de dividendes sont payés au cours du premier trimestre, mais enregistrent un +9,2 %.

A noter que c'est dans le secteur pharmaceutique que les parasites volent le plus 1 dollar sur 8 à l'échelle internationale. Novartis accapare  un dollar sur 30, suivie de près par Roche, dans ce vol sans précédent.

Janus Henderson estime que les dividendes versés par les entreprises cotées dans le monde devraient atteindre 1.430 milliards de dollars en 2019, soit + 4,2 % sur 2018. Depuis 2009, les dividendes mondiaux ont quasiment doublé. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.