Avec Ghosn qui a tapé dans la caisse chez Renault ?

On croyait que Carlos Ghosn avait gagné plus de 100 millions d’euros entre 2009 et 2016 pour ses deux mi temps chez Renault et Nissan. Le gouvernement et la presse avaient cru au montant de 13 millions comme revenus l’année dernière. Ils avaient tout faux.

Publié le 19 novembre 2018 par NPA Auto Critique


Ce n’était pas assez pour Carlos Ghosn. En plus il avait piqué dans la caisse de Nissan et avait dissimulé une partie de ses revenus. Comme le mafieux Al Capone, le PDG cumulard de Renault et Nissan se retrouve rattrapé par la patrouille et arrêté au Japon.


On les voit tous, des hauts cadres dirigeants de Renault au gouvernement Macron et aux actionnaires, commencer à lâcher ce patron mafieux. Les actionnaires de Nissan veulent déjà le virer de son poste de PDG. Mais ils sont tous mouillés et responsables, ceux et celles qui ont participé au montage des opérations financières les plus scandaleuses, au partage des dividendes et du pognon. A commencer par les gouvernements successifs actionnaires de Renault.


Macron vient de féliciter Carlos Ghosn lors de sa visite de l’usine Renault de Maubeuge. Alors que la colère s’exprime dans tout le pays, Macron préfère couvrir un patron mafieux plutôt que de répondre aux revendications. Gilets jaunes et ouvriers s’en souviendront.


Il faut savoir comment et qui a piqué dans la caisse autour de la mafia Ghosn chez Nissan comme chez Renault. Assez du secret bancaire et industriel qui couvre leurs turpitudes. Pas de tabou ! Ouvrons leurs livres de compte !


En patron capitaliste, Ghosn s’est enrichi grâce au travail des salariés partout dans le monde.

Il a fermé des dizaines d’usines, supprimé des milliers d’emplois et bloqué les salaires.

Oui il a volé le travail des ouvriers !

Ce pognon volé il faut le reprendre maintenant par des augmentations de salaire !

La grève tous ensemble c’est encore le meilleur remède pour gagner contre les mafias qui nous pourrissent la vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.