Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2018

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire

Le gaz vient d'être coupé à l'Elysée...Il faut tout faire pour briser le mur du silence autour de la greve a ENEDIS et GRDF

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

19 juin 2018- Jacques Chastaing

"Extraordinaire" au sens où elle sort de l'ordinaire et a un potentiel considérable dans la situation actuelle.

C'est une grève massive, dynamique qui a commencé il y a plus de six semaines du côté de Marseille en appui et coopération à la grève des cheminots lorsque la fédération CGT de l'énergie a appelé à accompagner la lutte qui démarrait à la SNCF par une lutte dans l'énergie sur des revendications propres à l'énergie mais sur des modalités semblables à celle des cheminots et dans un esprit convergent pour la défense du service public.
Déjà, cela a quelque chose d'extraordinaire.
Mais il y a beaucoup plus.

Cet appel de la fédération CGT de l'énergie a été peu suivi dans les faits sinon essentiellement par les électriciens et gaziers des Bouches du Rhône qui ont tenu leur lutte longtemps. On aurait pu croire que les choses allaient s'arrêter là.
Mais cela a généré de proche en proche une autre grève tout aussi importante que celle des cheminots, voire probablement encore plus.
La première caractéristique de ce mouvement c'est sa force, son importance, sa détermination et probablement sa durée.
En effet, depuis une dizaine de jours environ, surtout une semaine et encore plus ces derniers jours et certainement encore plus les jours à venir, les sites Enedis et GRDF de la distribution sont entrés dans la grève les uns derrière les autres, beaucoup de manière perlée, pour déboucher ensuite et de plus en plus rapidement aujourd'hui vers des grèves reconductibles ou illimitées avec blocage ou occupation, faisant de ce mouvement la plus grande grève dans l'énergie depuis dix ans.

Il est très difficile de chiffrer exactement le nombre de sites en mouvement, depuis ceux avec simple débrayage perlé ou ponctuel et ceux qui sont totalement bloqués voire occupés jour et nuit, parce que tout bouge très vite et change de jour en jour. Pour donner toutefois un ordre d'idée de l'importance du mouvement, j'ai compté pour ma part à ce jour près de 300 sites qui sont dans le mouvement général en cours et peut-être pas loin de 160 ou 170 qui sont bloqués ou occupés avec une extension très rapide de cette dernière forme de lutte dans les derniers moments.

Ce qui est formidable encore c'est que bien des grévistes électriciens ont fait passer en heures creuses des centaines de milliers d'usagers donnant une image de ce que pourrait être un véritable service public de l'énergie au service des usagers, tandis que d'autres ont organisé des coupures de courants ciblées aux impôts ou aux Conseils départementaux jusqu'à ceux qui ont coupé l'électricité, son et lumière, à un meeting de E. Philippe, montrant toute la force et la puissance de ceux qui travaillent et comment gagner la sympathie des usagers. Les grévistes viennent même de couper le gaz à Jupiter comme il est coupé à quantité de familles (voir communiqué ci-dessous de la CGT)

Enfin, ce qui est remarquable c'est que ce sont le plus souvent des jeunes qui sont à l'initiative de cette grève dont la CGT se montre solidaire plus qu'elle ne dirige véritablement le mouvement même si elle se trouve à sa tête et s'en fait le porte parole à sa manière vu sa force dans ce secteur.

Les grévistes veulent pour l'essentiel une augmentation mensuelle de 200 euros et 4 NR, c'est-à-dire en gros une augmentation mensuelle de 400 euros, un mini de 1 800 euros, l'embauche des CDD et intérimaires, l'arrêt des suppressions de postes et emplois programmés pour les années à venir, la réinternalisation de tous les services externalisés ces derniers temps et enfin la nationalisation de tous les secteurs de l'énergie pour un véritable service public de l'énergie au service des usagers et pas des capitalistes.
Ce mouvement se cherche depuis un certain temps et ne sort pas d'une situation de calme plat, puisque les électriciens et gaziers ont mené pas mal de luttes bien suivies et de longue durée ces deux dernières années avec notamment ce qui a été appelé les "mardi de la colère" pendant plusieurs mois début 2017 mais sans pour autant atteindre la même ampleur et détermination qu'aujourd'hui.

Le deuxième élément très particulier de cette grosse grève, au delà de ses particularités intrinsèque, c'est la situation dans laquelle elle se déroule et le fait que malgré son importance, elle est très peu visible, très peu connue... En effet, sans même parler des médias qui font silence au niveau national sur ce mouvement, très peu de directions de syndicats ou de partis la font connaître, en tout cas au niveau où elle le mériterait.
Ce silence assourdissant est révélateur de la peur profonde qu'inspire cette grève aux dirigeants politiques et économiques du pays.
Et c'est ce qui est important à comprendre.

Car au delà de ses caractéristiques propres ; vaste, massive, dynamique avec des jeunes ouvriers à la pointe du combat, elle a des revendications offensives, hardies, audacieuses et pas simplement défensives qui correspondent à tout ce que peuvent vouloir également tous les salariés du public, cheminots, hospitaliers, postiers, enseignants, étudiants, lycéens... qui voient avec colère mais aussi une certaine impuissance que le gouvernement est en train de démanteler tous les services publics du pays. Ce mouvement peut devenir pour eux tous, un étendard de ce qu'il faudrait faire, un encouragement fantastique à rentrer à son tour dans la lutte.
Or, en plus, cette grande grève surgit non seulement quand il peut y avoir un accueil favorable des militants, salariés et usagers mais aussi et surtout au même moment où les cheminots connaissent la plus longue grève de leur histoire sans avoir pu pour leur part cristalliser la colère latente dans le pays contre la politique de Macron.

Or, deux grandes grèves, en même temps et qui défendent toutes deux le service public, c'est-à-dire avec une possibilité de convergence, c'est tout à fait autre chose qu'une seule.

C'est en effet un nouvel espoir pour de très nombreux salariés, usagers, citoyens qui commençaient à ne plus croire dans les possibilités de la grève des cheminots.

C'est pour ça que les médias font le silence le plus total sur ce mouvement.
Il ne faut surtout pas pour eux que les gens sachent que cette grève existe afin de ne pas susciter un nouvel espoir comme il y en a eu un au début de la grève des cheminots, voire plus important encore, d'une part parce que ce n'est pas un seul mouvement comme les cheminots auquel devait faire face Macron mais deux dans des secteurs importants qui peuvent bloquer l'économie et d'autre part parce que les électriciens et gaziers ne font pas une grève perlée qui rend difficile la "coagulation" mais une grève reconductible avec occupation.

Dans les circonstances particulières de cette grève, le silence sur ce mouvement pourrait pousser logiquement vers des solutions corporatistes, qui sont toujours perdantes face à un gouvernement qui veut tout détruire et dont la tactique et de démolir chaque mouvement l'un derrière l'autre. C'est le but du silence : isoler la grève pour qu'il n'y ait pas d’agrégation avec les cheminots ni avec les autres professions ni encore avec les usagers, faire que chaque site s'installe dans les joies et la convivialité de l'occupation, coupé des autres sites, coupé de l'ensemble, un peu comme l'avaient fait les étudiants en avril/mai qui occupaient les facultés, mettaient toute leur énergie là dedans et n'en avaient plus vraiment pour construire une coordination qui puisse entraîner, peser sur la situation actuelle et leur permettre de gagner.

Alors nous devons tout faire pour sortir cette grève du silence dans laquelle on essaie de l'enfermer, pour que les électriciens et gaziers en grève puissent aller jusqu'au bout de ce qu'ils veulent et gagner.

Aider les grévistes de l'énergie à faire connaître leur grève est un acte hautement politique, le plus politique du moment.

Pour le suivi de la grève consulter Luttes invisibles

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan