Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2018

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

La destruction des syndicats de lutte a commencé à la SNCF, par Jacques Chastaing

TOUS DANS LA RUE LE 8 FEVRIER

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

22 janvier 2018 

Le 16 janvier 2018, des négociations ont commencé à la SNCF, portant entre autre sur la nouvelle représentation syndicale, dans la lignée des ordonnances Macron et de la fusion des CHSCT, CE, DP (et, suivant accord, des DS), en une seule instance les CSE.

Le but de Macron est de faire éclater la SNCF en de multiples entités, de les privatiser les unes après les autres, de supprimer les régimes spéciaux de retraite des cheminots et pour cela de liquider le syndicalisme de lutte à la SNCF. En échange, il prendrait à la charge de l'Etat la dette de la SNCF... que l'Etat a lui-même organisée.

L'attaque extrêmement violente de la SNCF contre les syndicats, dont on peut être sûrs qu'elle est combinée avec le gouvernement, va servir de laboratoire, de test, pour les autres entreprises, puisque celles-ci ont jusqu'à fin 2019 pour mettre en place les CSE.

D'après ce que l'on peut savoir, parce que malheureusement pas grand chose ne filtre de ces "négociations", la direction proposerait de 23 à 29 CSE là où il existait auparavant plus de 200 instances CHSCT, CE et DP, soit de 7 à 9 fois moins. En Ile de France, l'entreprise ferroviaire compte 6 CE avec 70 élus plus leurs suppléants et un millier de délégués du personnel titulaire et suppléants et 84 CHSCT où siègent 468 élus ; ils seraient remplacés par un seul CSE. Même chose pour le Grand Est, ou pour 9 départements,Ardennes, Aube, Marne, Haute Marne, Moselle, Meurthe et Moselle, Vosges, Haut-Rhin et Bas-Rhin il n'y aurait plus qu'une instancereprésentative du personnel, un seul CSE.

Les 600 CHSCT disparaîtraient avec un vague remplacement par quelques commissions mais qui n'auront plus de pouvoir, ce qui signifie une explosion des accidents et suicides. Le nombre de délégués serait réduit drastiquement et le nombre d'heures de délégation serait diminué de 63% mais le petit nombre de délégués maintenus verrait leur nombre d'heures augmentées.

Bien sûr, on ne sait pas ce qui sortira exactement de ces négociations, mais le message de la direction SNCF et du gouvernement sont clairs : c'est une véritable destruction du syndicalisme de lutte.

Ce qui avait été amorcé par le gouvernement Hollande avec la loi Rebsamen et les DUP (Délégation Unique du Personnel) pour les sociétés de moins de 300 salariés ou par accord majoritaire dans celles de plus de 300, prend ici toute sa dimension : liquider lesyndicalisme de lutte pour bazarder les retraites, se débarrasser de nombreux militants, licencier par milliers, faire passer laprivatisation, supprimer le service public, augmenter les tarifs, fermer gares, guichets et lignes "pas rentables"...

Ce laboratoire servira ensuite évidemment pour EDF, la santé et les hôpitaux..., la Sécurité Sociale, l'action sociale, la Poste, l'enseignement supérieur puis général et bien sûr en ce qui concerne la représentation syndicale toutes les entreprises du privé

Face à tout cela, la CGT SNCF, seule, n'appelle pas à la grève mais à une seule manifestation le 8 février. Heureusement, des secteurs cheminots appellent à la grève... mais il faudra encore plus pour faire reculer SNCF et gouvernement.

Ce qui se joue à la SNCF nous concerne tous : faisons du 8 février une journée de défense de toute la fonction publique et plus généralement de tous les salariés, les usagers et la population. Participons largement à cette manifestation pour commencer à construire la riposte en 2018 à partir de là.

Le 21.01. 2018, Jacques Chastaing.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André