Pénicaud encore prise en flagrant délit de mépris du Code du Travail

Pénicaud, Sinistre du Travail, avait déjà été dénoncée par l'Inspection du Travail comme coupable de 671 infractions au Code du Travail lorsqu'elle dirigeant Business France sous sa direction. Partie en guerre sous les ordres du Roi Soleil, elle récidive en charcutant le Code du Travail.

Invitée du Grand entretien de France Inter, elle a affirmé, en bon perroquet de son maitre que les cheminots on lancé une grève sauvage. Il faudra en passer par là, mais en attendant elle ment. Elle ne tolère que les grèves avec préavis qui permet de réduire de fait le droit de grève.

Pénicaud a cité l'article L4131-1 du Code: "un salarié peut cesser le travail s'il est confronté à un danger grave et imminent". Et d'ajouter "Est-ce qu'il y a un danger grave et imminent qui justifie l'arrêt soudain, non déclaré, des conducteurs dans toute la France, sur tous les réseaux, à la veille des vacances ? La réponse est non. Du coup, c'est une grève non déclarée, donc une grève illégale." 

Charcutage d'apprenti boucher, car elle cache la suite de l'article: "Le travailleur alerte immédiatement l'employeur de toute situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu'elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que de toute défectuosité qu'il constate dans les systèmes de protection. Il peut se retirer d'une telle situation."

Conclusion de n'importe quel étudiant de première année:  le droit de retrait n'est pas lié à l'existence réelle et concrète d'un "danger grave et imminent", mais à l'existence d'un "motif raisonnable de penser" qu'il existe.

Les cheminots ont raison: l'accident du 16 octobre, qui est le deuxième, et dont ils avaient dénoncé le risque de répétition,  prouve que ce danger peut tout à fait se concrétiser, et que les salariés qui ont exercé leur droit de retrait pouvaient, sans exagérer, s'inquiéter de se retrouver dans la même situation.

C'est ce qu'expliquent depuis des jours de nombreux avocats, sauf bien sûr ceux à la solde de la macronie. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.