Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 déc. 2018

Montmartre: Quand des Gilets Jaunes ravivent le souvenir de la Commune de Paris

LA BUTTE ROUGE, C'EST SON NOM… » Dans un mélange issu de lointains souvenirs d’histoire, de récits familiaux, de chanson peut-être, des Gilets Jaunes, poussés par un désir de radicalité profonde, convoquent pêle-mêle le souvenir de la révolution de 1789 et celui de la Commune de Paris.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

samedi 22 décembre, par Claude Manor, TC (NPA)

Crédits photos : KatyushaRyzh

Le mouvement ne cesse de se radicaliser

Entre le mot d’ordre contre « la hausse des carburants » qui a lancé le mouvement sur internet, il y a près de deux mois, et ce tag posé aujourd’hui sur les murs de Montmartre : « Commune de Paris 1781, Gilets Jaunes 2018 », quel chemin parcouru !

Dans sa confusion historique, où 1871, année de la Commune, se transforme en 1781, ce tag est touchant et fort. De la révolution bourgeoise de 1789, il garde le 178, et de la brûlante expérience communarde de 1871, le 1. Peu importe la connaissance impeccable de l’histoire, ce qui compte c’est l’expression d’un profond sentiment « révolutionnaire », d’une volonté de continuité de la lutte pour l’émancipation des couches opprimées.

Le mouvement des GJ, même s’il refuse tout cadre politique connu, est en mal de référence. De la révolution de 1789, avec son drapeau tricolore et sa Marseillaise, aux recettes de pseudo démocratie directe comme le RIC, il se cherche un horizon politique. Au-delà de ce brouillard, ce qui est sûr, c’est qu’un seul cri unit les Gilets Jaunes sur les ronds-points comme dans les manifs : « Macron, démission ». Et quand ils disent Macron ce n’est pas seulement ce personnage détestable dont tout le monde s’accorde à stigmatiser le mépris et l’arrogance, c’est bien de « Macron et son monde » qu’il s’agit.

A sa manière ce tag pose une véritable question aux Gilets Jaunes d’abord, mais aussi et peut-être surtout aux « Gilets Rouges ». En investissant les pentes de Montmartre, cette « Butte Rouge » que chante le souvenir des communards, il propose une autre référence, celle de la commune de Paris et de sa détermination révolutionnaire.

C’est ce qui pousse Thomas Guénolé, qui a relayé la photo de ce tag, à poster ce message : « Si on m’avait dit en juin que dans 6 mois, un soulèvement populaire prendrait le temps de revendiquer sa filiation avec les insurgés de la Commune de Paris… Merci aux Gilets jaunes. J’éprouve un mélange d’émotion, de soulagement et de gratitude ».

De la commune, une image de courage et de détermination

Le souvenir de la Commune de Paris, entre le mythe et l’expérience historique, reste puissant dans nos imaginaires. Le courage, la détermination, la fraternité, le sang, les morts, y sont pour beaucoup bien sûr, mais surtout cet exemple universel d’une population affamée, écrasée, méprisée qui n’a plus rien à perdre et qui s’est montrée prête aux plus grands sacrifices pour prendre sa destinée en mains et défendre un modèle de société « communiste ».

A la suite de la chute de Napoléon III et du siège de Paris par les troupes allemandes, un violent affrontement a opposé pendant deux mois, de mars à mai 1871, les insurgés parisiens, principalement des ouvriers de toutes les corporations considérées comme « rouges », aux forces de répression de la nouvelle Assemblée nationale, à majorité monarchiste, qui comptait sur un armistice et l’appui de l’Allemagne pour venir à bout de cette menace intérieure. Cette insurrection a été sauvagement réprimée et s’est achevée par une « semaine sanglante ».

Au total, il y a eu, selon les sources, entre 30 000 et 100 000 morts. Près du tiers, en moyenne, des ouvriers des différentes corporations ont disparu. Particulièrement les plombiers, ouvriers et zingueurs dont les corporations ont été pratiquement exterminées. A ces morts se sont ajoutées près de 40 000 arrestations qui ont donné lieu à une lourde répression judiciaire menée, en vertu de l’état de guerre, par la justice militaire.

A l’heure où le gouvernement de Macron n’hésite pas à donner un tour de plus en plus « militaire » à la répression, notamment avec l’usage de blindés et d’armes potentiellement mortelles et avec une surabondance de forces mobilisées, l’évocation de la commune de Paris, même si la situation n’est pas aussi violente, est évidemment un signal de détermination à ne pas se laisser écraser par les forces grandissantes que Macron mobilise.

Au-delà de la détermination, il nous faut une boussole

Le mélange du jaune et du rouge est évidemment plus qu’une question symbolique ou de volonté de se battre. Si les revendications des GJ n’ont cessé de se radicaliser depuis toutes ces semaines qui s’enchaînent, une question reste posée. Celle d’une véritable boussole politique clairement orientée vers l’indépendance de classe et l’opposition non seulement à l’Etat mais surtout à ses maîtres, les patrons capitalistes.

L’orientation prise par Macron et ses propositions que tout le monde qualifie de « mesurettes » sont l’occasion de reposer la question de fond : quelle stratégie politique pourra contraindre le pouvoir à renoncer aux « réformes » exigées par le Medef et les intérêts des multinationales capitalistes. S’il faut chasser Macron, il faudra aussi se prémunir de tous les Macrons que la bourgeoisie capitaliste tient en réserve. Au-delà des aménagements institutionnels, voire constitutionnels que les uns ou les autres peuvent mettre en avant, la question d’une organisation des travailleurs radicalement indépendante et « d’un autre monde » est posée. C’est ce que la Commune, malgré sa courte vie a eu le courage de penser et de mettre en pratique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien