La catastrophe ParcourSup

La mise en oeuvre confirme l'objectif dénoncé depuis des mois par étudiants et enseignants: imposer la sélection et discrimination sociale propre au MAC40 et son monde.

23 mai 2018 - Journal de Luttes

Les résultats de la nouvelle plateforme d’affectation dans l’enseignement supérieur sont tombés hier, avec un bien triste bilan.1 Plus 50% des candidat-es (419 000 sur 812 000, 51,6% précisément) n’ont pas eu d’affectation, se retrouvant en refusé-es ou en attente pour tous leurs vœux, les plongeant dans une longue période de stress qui durera jusqu’à septembre pour les plus malchanceux-ses d’entre elleux.2 En effet, pendant plus de 3 mois, il leur faudra se connecter tous les jours pour vérifier l’avancée de leurs candidatures et espérer que des places se soient libérées.3 Les dégâts de la nouvelle méthode instaurée par la loi ORE et la plateforme ParcourSup, prédits depuis des mois – parfois même depuis fin 2017 – par les syndicats étudiants et universitaires, ne sont plus dissimulables derrière un voile communicationnel comme s’est attelé à faire le gouvernement. Les désillusions sont nombreux-ses parmi les candidat-es qui font office de génération sacrifiée par un gouvernement peu scrupuleux. Certaines académies ou établissements secondaires ont mis en place des cellules psychologiques avec des enseignant-es et des Psychologues de l’Education Nationale (PsyEN, nouvelle dénomination des COP, Conseiller-ère d’Orientation Psychologue) pour rassurer et guider les étudiant-es dans la gestion de leurs candidatures, souvent à l’aide d’un obscur jargon administratif auquel sont peu habitué-es les lycéen-nes. Pendant ce temps, les élèves aux meilleurs résultats académiques ont eu des réponses positives à tous ou plusieurs de leurs vœux, leur permettant de choisir parmi toutes leurs candidatures celles qu’iels préfèrent. Leur résultat précoce leur donne aussi une grande marge de manœuvre pour débuter leurs recherches de logement et toutes les démarches administratives nécessaires à l’entrée de l’enseignement supérieur. Ce nouveau système est profondément inégalitaire, et les élèves les plus défavorisé-es seront celleux qui en pâtiront statistiquement le plus.

De nombreuses failles logicielles (bugs ou mauvaise conception) sont également à signaler : des candidat-es sur liste d’attente avec un rang sur la liste au delà du nombre de candidat-es sur celle-ci, un exemple anecdotique mais consternant d’un point de vue professionnalisme de la plateforme. 4 5 De plus grosses erreurs logicielles sont en fait à déplorer dans le code source révélé lundi par l’exécutif6, sans parler des occultes algorithmes locaux utilisés par les universités et qui ne seront pas publiés, ajoutant encore à l’opacité de la sélection. En tout cas, les vautours privés ne se sont pas fait attendre pour se jeter tels les charognards qu’ils sont sur les étudiant-es sans affectation, pour leur proposer des formations privées non-reconnues.7 On voit d’ores et déjà à qui profite ParcourSup.

À Bordeaux, des enseignants démissionnent

Ils refusaient le principe de sélection et avaient classé ex æquo les presque 2800 prétendants aux 280 places8. La direction n’a pas validé la méthode, alors qu’elle n’en avait aucun droit, et a convoqué une nouvelle commission sans en avertir les membres de la précédente. En réponse à quoi les enseignants ont démissionné de leur responsabilités administratives et électives.

  1. https://abonnes.lemonde.fr/campus/article/2018/05/23/la-moitie-des-candidats-en-attente-sur-parcoursup_5302963_4401467.html
  2. https://abonnes.lemonde.fr/campus/article/2018/05/23/resultats-parcoursup-ce-sera-l-angoisse-tous-les-matins-de-combien-de-places-aura-t-on-avance_5303381_4401467.html
  3. https://www.youscribe.com/BookReader/Index/2949758/?documentId=3268294
  4. https://twitter.com/nickzuno/status/998998528046370816/photo/1
  5. https://twitter.com/InsoumisJeunes/status/999000525940166656/photo/1
  6. https://twitter.com/brutofficiel/status/999013034931695617
  7. http://sauvonsluniversite.com/spip.php?article8330

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.