Algérie : « Pour une Assemblée constituante », par Mahmoud Rechidi (PST)

Le secrétaire général du Parti socialiste des travailleurs (PST), Mahmoud Rechidi, a tenu ce mercredi 24 avril une conférence de presse au siège du parti pour faire le point sur l’actualité politique et discuter des propositions de sortie de crise de son organisation. Voir vidéo ci-dessous.

 24 Avril 2018 - DZvidéo

Pour le PST, partie prenante du mouvement populaire, la mobilisation historique actuelle est le fruit des années de luttes des travailleurs et des travailleuses et la conséquence des politiques libérales menées par les gouvernements successifs.

Mahmoud Rechidi est revenu sur le gel des salaires qui sont les plus bas dans la région, la détérioration des conditions sociales des couches laborieuses, la remise en cause des libertés politiques, syndicales, d’organisation et d’expression de ces dernières années.

« Il faut aussi reconquérir en premier lieu, nos libertés et nos droits démocratiques (libertés d’expression, d’organisation, de manifestation, du droit de grève…). Il s’agit aussi de stopper le désastre social engendré par les politiques libérales du régime qui a généré un chômage massif et détruit nos entreprises et d’imposer une politique au service des besoins sociaux, (création d’emplois, augmentation du SNMG, augmentation du pouvoir d’achat…) », a déclaré Mahmoud Rechidi.

La souveraineté nationale est une question centrale que les manifestants ont soulevée lors de ce mouvement populaire, estime le porte-parole du PST qui indique qu’ « il s’agit aussi de préserver la souveraineté nationale contre la soumission aux puissances étrangères qui soutiennent le régime et profitent de nos richesses nationales »

Pour Mahmoud Rechidi, alors que le peuple demande à aller vers une Assemblée constituante pour redéfinir un projet de société qui satisfasse les intérêts des couches déshéritées, le pouvoir de fait, représenté par le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah, veut nous imposer une solution dans le cadre de la Constitution actuelle pour sauver le système.

« Comment peut-on accepter un gouvernement de compétence ? Qui va décider qui est compétent, qui ne l’est pas et selon quel critère ? », a rétorqué Mahmoud Rechidi, en insistant sur la nécessité d’un processus constituant.

« C’est à nous de décider de notre constitution, de nos libertés, de nos choix économiques et de notre projet de société ! C’est aux millions de travailleurs, de chômeurs, de femmes, de jeunes, d’étudiants, de paysans pauvres et de tous les démunis, qui viennent de donner une leçon de lutte et de courage, de décider de leur avenir ! Oui, c’est au peuple de décider souverainement car il est la seule source de légitimité ! », a conclu Mahmoud Rechidi, au nom du Parti socialiste des travailleurs (PST)

A. G.

© lematindznet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.