La réaction scandaleuse de Mélenchon aux révélations Loiseau

Palinodie ridicule du responsable de com' de JLM, "cela ne devait pas apparaître sur le compte twitter de JLM mais sur le mien". Ce tweet est une récidive dans la crapulerie sectaire de Mélenchon.

25 Avril 2019 -  par Antoine (Montpellier)

Pour ceux qui ne connaissent pas l'affaire Paranagua, il a viré à droite dans ce qu'il écrit (ou écrivait) dans Le Monde sur l'Amérique Latine mais cela n'autorise pas de l'attaquer pour avoir été "chef de la fraction armée rouge en Argentine", « criminel repenti qui tirait sur des agents de police et des gardiens de banque » qu'Edwy Plenel avait embauché quand il dirigeait Le Monde.

C'est d'une crapulerie sans nom. Paolo Antonio Paranagua, était, à cette époque qu'évoque JLM, membre, même pas chef, de l'ERP (Armée Révolutionnaire du peuple), bras armé du PRT (Parti Révolutionnaire des Travailleurs) argentin, un temps organisation liée à la 4e Internationale, soutenu de très près en particulier par la LCR, qui luttait contre la dictature militaire qui l'a décimé, en tuant, torturant ses militant-es dont son principal dirigeant Roberto Santucho.

Bensaïd a écrit des pages émouvantes dans ses mémoires, "Une lente impatience", sur la tragédie de ces camarades qu'il avait maintes fois approché-es en tant qu'envoyé de la 4. Oui, ils ont tiré quand ils faisaient des expropriations de banque pour financer leur lutte et les flics (et les militaires) qu'ils ont tués étaient les agents de la dictature qui les pourchassait ! Ils n'étaient pas, comme a pu aussi le dire JLM, des "provocateurs de la CIA".

Le propos calomnieux que l'Insoumis en chef reprend aujourd'hui est tout simplement abject, il crache sur toute cette génération de militant-es qui ont, pour la plupart d'entre eux, perdu la vie, et dans quelles conditions, dans un combat respectable même si on peut critiquer, mais c'est facile a posteriori, le choix de la lutte armée.

Paolo Antonio Paranagua a pu en réchapper (après avoir lui-même subi des tortures), son passage à droite dans ses billets sur l'Amérique Latine ne justifie pas d'écrire des saloperies sur ce moment tragique de sa vie. Je précise que les articles de Paolo Antonio Paranagua sur le cinéma dans Rouge et dans la si belle revue spécialisée Positif (dont le comité de rédaction était pour une part proche de la Ligue) étaient tout simplement remarquables. Et c'est tout à l'honneur de Plenel de l'avoir pris dans son équipe !

Il y a dans tout cela, un résidu de la haine du "lambertiste" (le courant trotskiste, dirigé par Pierre Lambert, aujourd'hui décédé, il est aujourd'hui représenté principalement par le POI et le POID)) que JLM est resté quelque part, envers ces "pablistes"-guévaristes (1) qu'étaient les militant-es de la IVème internationale qui avaient été sur les barricades en 68, que les dits lambertistes avaient désertées car elles" incarnaient l'aventurisme".

Le républicain légaliste qu'est JLM a gardé en horreur la capacité de ces trotskos, qui ne vivaient pas des catéchismes qui embaumaient les pères fondateurs, à s'abstraire de la légalité quand les circonstances s'y prêtaient. Paolo Antonio Paranagua devenu droitier est un prétexte, pour JLM, à solder des comptes politiques qui ont à voir à la fois avec ce qu'il a été et ce qu'il est devenu : un politicien hyperlégaliste-électoraliste comme sa VIe République. Tout cela en montant au créneau pour la macroniste, ex d'extrême droite, comme le révèle le canard de ce "crevard" de Plenel, qui est tête de liste aux Européennes. Minable dans quelque sens qu'on le prenne. 

Voici ce que ceux et celles qui ont le sens de l'honneur en politique avaient répondu à JLM lors de sa première sortie contre Paolo Antonio Paranagua. Vous y reconnaîtrez des camarades qui étaient alors et pour certains toujours, membres de la IVème Internationale  :
Nous n'acceptons pas de voir notre passé commun insulté par Jean-Luc Mélenchon

(1) Du nom du dirigeant de la 4e Internationale Michel Raptis, alias Pablo, lors de la scission dirigée dans les années 50 par Pierre Lambert.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.