Grenoble : mobilisation face à l'extrême droite !

Pour combattre le racisme et l'extreme droite, ne comptons que sur nous même et notre camp social! Pas de quartiers pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers !

 

WhatsApp%2BImage%2B2020-10-24%2Bat%2B15.22.10.jpeg

Source: A & R

Ce 21 octobre, se tenait à Grenoble le procès en appel des militants de "Génération Identitaire" ayant participé à une opération de communication nauséabonde en Avril 2018: postés au col de l'Echelle près de Briançon, ces derniers avaient tenté d'empêcher les migrant.e.s de traverser la frontière entre l'Italie et la France, les avaient pourchassé et s'étaient même fait passer pour des membres de la Police Aux Frontières. 

En première instance trois militants identitaires ont été condamnés à 6 mois de prison ferme (sans mandat de dépôt) et 2000 euros d’amende et l’association «Génération Identitaire » a écopé de 75000 euros d’amende. Il n’ont été poursuivis que pour avoir « exercé des activités dans des conditions de nature a créer dans l’esprit public une confusion avec l’exercice d’une fonction publique ». Les chefs d’accusation d’incitation à la haine raciale et mise en danger de la vie d’autrui n’ont pas été retenus. En appel, le procureur ne demandera plus que 6 mois avec sursis, une interdiction d’exercer ses droits pour une période donnée, et 80 000 euros d'amendes.

Face à cela, une mobilisation unitaire s'est tenue ce 21 Octobre à Grenoble, à l'appel du NPA, de l'UCL, de l'UEC, du PCF, de la CGT, de Solidaires, de l'UNEF, de la CNT, ainsi que du CAR 38, Ras l'Front, Tous Migrants, et du Droit au Logement. Une conférence de presse s'est tenue devant le tribunal à 14h , et une manifestation regroupant prés de 1000 personnes a eut lieu le soir, réunissant des camarades de divers organisations, mais aussi de divers villes (Paris, Lyon, Chambéry) pour s'opposer à l'extrême droite ! 

L'objectif de cette manifestation était d'opposer une mobilisation massive et populaire aux modes d'action "coups de poing" et très médiatiques des identitaires. Pari réussi : le nombre et la détermination auront été une démonstration du refus à Grenoble des idées racistes comme de l'importance de l'ouverture des frontières et pour ce faire de dénoncer les politiques de l'Etat en matière d'immigration.

Pour combattre le racisme et l'extreme droite, ne comptons que sur nous même et notre camp social!

Pas de quartiers pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.