Correcteurs-trices appellent massivement à la rétention des notes du Bac !

Magnifique ! Soutien aux enseignant-e-s mobilisé-e-s ! L'AG des correcteurs inter-disciplinaire d'Île-de-France du 24/06 appelle : à la rétention des notes (249 pour 0 contre 4 abs 7 NPPV), et à aller jusqu'à la grève des jurys, donc à faire grève les 2, 3 et 4 juillet (179 pour 0 contre 6 abs 8 NPPV) .

L’image contient peut-être : 1 personne, foule et plein air

24 juin - Touche pas ma ZEP

L'AG des correcteurs inter-disciplinaire d'Île-de-France du 24/06 appelle :
-à la rétention des notes (249 pour 0 contre 4 abs 7 NPPV),
-à aller jusqu'à la grève des jurys, donc à faire grève les 2, 3 et 4 juillet (179 pour 0 contre 6 abs 8 NPPV) ✊

"La première AG interdisciplinaire des correcteurs et correctrices d’Île-de-France s’est réunie ce lundi 24 juin 2019, en présence d’environ 340 collègues de toute l’Île-de-France (le dernier maximum cette année pour une AG Éducation Île-de-France étant de 250 collègues).

L’AG de grève Éducation Île-de-France du mardi 18 juin a pris la responsabilité d’organiser cette première « réunion d’entente interdisciplinaire », pour mettre concrètement en œuvre une décision qui était dans toutes les têtes.

Nous nous félicitons du succès historique de cette toute première AG interdisciplinaire des correcteurs et correctrices d’Île-de-France, à l’image de l’initiative similaire de cet après-midi dans l’académie de Toulouse.

L’AG interdisciplinaire des correcteurs et correctrices salue les piquets de grève durant les corrections du Bac pro le lundi 24 juin, et leur reconduction le mardi 25. Elle salue les décisions de rétention des notes, partout en France, par les AG de certaines disciplines concernées par les réunions d’entente, et y contribue en permettant à des collègues d’autres disciplines de rallier cette action.

La détermination exprimée par toutes et tous nous engage. Nous invitons toutes les académies à multiplier les AG de correcteurs et correctrices, pour poursuivre la mobilisation et renforcer le rapport de force à la hauteur des enjeux.

L’AG interdisciplinaire des correcteurs et correctrices d’Île-de-France a mis au vote ses décisions en organisant à chaque fois deux votes successifs : d’abord sur le principe, puis seulement parmi les correcteurs et correctrices présentEs.

1) « L’AG interdisciplinaire des correcteurs et correctrices d’Île-de-France appelle à la rétention des notes du Bac. »

249 pour, 0 contre, 4 abstentions, 7 NPPV

2) « Les correcteurs et correctrices réuniEs en AG s’engagent à pratiquer la rétention des notes du Bac. »

190 correcteurs et correctrices pour, 0 contre, 10 abstentions, 7 NPPV

3) Nous avons de plus recensé, parmi les collègues qui venaient de s’engager à la rétention des notes, celles et ceux qui n’avaient pas déjà pu prendre cette décision dans une AG disciplinaire à l’occasion d’une réunion d’entente. Ce soir, 95 nouveaux collègues ont rejoint les 95 autres collègues - parmi les présents ce soir - ayant déjà voté l’action de rétention des notes à l’occasion de leur réunion d’entente.

4) « L’AG interdisciplinaire des correcteurs et correctrices d’Île-de-France appelle à la grève dès la fermeture du serveur de remise des notes le 2 juillet, jusqu’aux jurys de délibération le 4 juillet inclus. »

179 pour, 0 contre, 6 abstentions, 8 NPPV

5) « Les correcteurs et correctrices réuniEs en AG s’engagent à se mettre en grève dès la fermeture du serveur de remise des notes le 2 juillet, jusqu’aux jurys de délibération le 4 juillet inclus. C’est la grève qui nous protège lors de la non-remise des notes à partir du 2 juillet et des copies le 4. »

114 pour, 0 contre, 14 abstentions, 4 NPPV

De plus, l’AG des correcteurs et correctrices prend l’initiative de mettre en lien les collègues mobiliséEs de chaque jury dans chaque département. À cet effet, elle a fait renseigner aux collègues les tableaux ci-joint, et engage les collègues absents à cette AG à nous contacter, avec les informations nécessaires (discipline, département, numéro de jury, etc.), à l’adresse de contact suivante :
contact.examens.idf.2019@gmail.com

Elle rappelle de plus l’existence d’une caisse de grève à populariser, ainsi que d'un sondage national comptabilisant le nombre de copies dont les correcteurs se sont engagés à la rétention des notes :
https://forms.gle/sPjYbefHUHncNzET9

6) L’AG se joint à l’appel intersyndical national à la grève pendant les surveillances du Brevet, et appelle à un temps fort commun de grève le 2 juillet, avec manifestation Éducation Île-de-France en début d’après-midi, afin de rendre visible l’action de rétention des notes.
(Horaire et parcours à définir, mais passant à proximité du ministère.)

Elle appelle à des AG locales (par ville, bassin, département…) le matin du 2 juillet, pour ne pas rester seulEs face aux pressions, et à une nouvelle AG Éducation Île-de-France à 18h à la Bourse du Travail de Paris.

L’AG soutient les collègues en grève pour les surveillances et corrections du Brevet, et invite les collègues de collège en grève à nous rejoindre pour la manifestation du 2 juillet commune à l’Île-de-France.

L’AG souligne le succès des piquets de grève aux surveillances du Bac et du Bac pro et aux corrections du BEP et du Bac pro, et invite à s’emparer de ce mode d’action pour la surveillance et les corrections du Brevet. Elle publiera la listes des collèges où se tiendront des rassemblements, dans le strict respect des décisions d’AG d’établissement.

Ces décisions de l’AG interdisciplinaire des correcteurs et correctrices d’Île-de-France rejoignent celles exprimées par l’AG des correcteurs de l’académie de Toulouse, qui appelle elle aussi à la rétention des notes et à maintenir l’action au moins jusqu’au 4 juillet.

L’AG interdisciplinaire des correcteurs et correctrices d’Île-de-France rappelle enfin que jeudi 27 juin est une journée de grève à l’appel de l’intersyndicale Fonction Publique. Un rassemblement aura lieu ce jeudi à 12h à Bercy.

Correcteurs du Bac, surveillants du Brevet : le 2 juillet ensemble dans la rue !"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.