Au large des côtes normandes, l’avenir de l’éolien offshore en France

La Normandie ambitionne de devenir la première région française pour l’éolien en mer. D’ici 2020, plusieurs parcs éoliens verront le jour au large des côtes de la Manche. Parmi ces projets, celui de Dieppe – Le Tréport suscite des craintes quant au sort de la pêche, du tourisme et du paysage.

La Normandie ambitionne de devenir la première région française pour l’éolien en mer. D’ici 2020, plusieurs parcs éoliens verront le jour au large des côtes de la Manche. Parmi ces projets, celui de Dieppe – Le Tréport suscite des craintes quant au sort de la pêche, du tourisme et du paysage.

Reportage à Dieppe et au Tréport (Seine-Maritime) – En arrivant dans le centre-ville du Tréport, plusieurs banderoles interpellent le passant : « Un VRAI geste pour l’environnement. NON au SACCAGE des fonds marins », peut-on lire sur la façade d’une maison. Plus loin, ce message de l’association SOS à l’horizon : « Eoliennes en mer : pêche et tourisme en péril ». A l’entrée de la plage, face à la mer, une large photo au-dessous de laquelle on lit : « La municipalité du Tréport est opposée à ce projet en raison de la gêne occasionnée aux pêcheurs et à la population. »

Depuis cinq ans, un projet de parc éolien offshore anime les conversations des Tréportais et des Dieppois. En 2010, un premier projet, dit « des Deux Côtes », porté par La Compagnie du Vent (Groupe GDF-Suez), a finalement été abandonné. Il prévoyait l’installation de 141 éoliennes à 14 kilomètres du littoral pour un coût total de 1,8 milliards d’euros et une production annuelle de 700 gigawattheures (GWh). A l’issue d’un premier appel d’offres, l’Etat a finalement sélectionné Fécamp, Courcelles-sur-Mer, Saint-Nazaire et Saint-Brieuc comme zones propices au développement de l’éolien.

En 2014, à la suite d’un deuxième appel d’offres, la zone Dieppe – Le Tréport a cette fois-ci été choisie avec les îles d’Yeu et de Noirmoutier. Pour un coût à peu près identique (2 milliards d’euros), le nouveau projet, porté par la société Eoliennes en mer Dieppe – Le Tréport (Engie/GDF-Suez, EDP Renewables, Neoen Marine) prévoit le déploiement de 62 éoliennes Adwen, soit deux fois moins que le précédent. Le parc, d’une superficie de 91 km², sera installé d’ici 2021 entre ces deux villes de Seine-Maritime à environ 15 kilomètres du littoral. Il produira 2.000 gigawattheures (GWh) par an, soit la consommation annuelle de 850.000 personnes (les deux tiers de la population seinomarine). Chaque installation, de 210 mètres de hauteur, sera espacée de 1.000 à 1.900 mètres.

Ce projet s’inscrit dans le plan de lutte contre le réchauffement climatique que la France initie depuis le Grenelle de l’Environnement. Parmi les objectifs de ce plan : porter la part d’énergie renouvelable à 23 % de la consommation totale d’ici 2020. L’énergie éolienne devrait représenter 14 % (dont 3 % en offshore) de la production. Commencé le 24 avril, le débat public s’est achevé le 28 juillet à Mers-les-Bains dans une ambiance surchauffée. La Commission nationale du débat public (CNDP) présentera publiquement, le lundi 5 octobre, le compte-rendu et le bilan de plus d’une centaine de jours de débats.

 

> Les marins-pêcheurs craignent pour leur activité

Les premiers à souhaiter « bon vent » au projet sont les marins-pêcheurs. Ils redoutent que les ressources halieutiques, et par ricochet leur emploi, ne soient sacrifiés par ces installations. « On fait partie du monde de l’artisanat et face à nous, nous avons le monde de l’actionnariat », a lancé, lors de la réunion du 28 juillet, Olivier Becquet, gérant de la Coopérative des artisans pêcheurs associés (CAPA) et président du Comité régional des pêches maritimes et élevage marin de Haute-Normandie (CRPMEM).

La question épineuse de l’emplacement du parc éolien est maintes fois soulevée par les marins-pêcheurs, qui réclament que le lieu d’implantation soit déplacé. Un vœu qui pourrait rester lettre morte car sa réalisation obligerait à annuler l’appel d’offres pour en réaliser un autre. Autrement dit, on reprendrait tout depuis zéro. « Cette proposition démontre que les pêcheurs ne sont pas opposés à un parc éolien offshore, mais bien que leur seul souhait est de pouvoir continuer leurs activités tout en permettant à d’autres activités de voir le jour », estime le maire de Dieppe, Sébastien Jumel (PCF). Lequel regrette néanmoins que « le port de Dieppe ne sera qu’un port de ‘’secours’’ avec des retombées locales minimes », à l’inverse du port du Havre qui a été choisi pour la construction des éoliennes.

« Les deux tiers de la zone délimitée par le promoteur sont fréquentés par les pêcheurs. Nous ne sommes pas des magiciens, on ne sait pas déplacer une zone de pêche », ironise Olivier Becquet. Au maire de Mers-les-Bains, Emmanuel Maquet (Les Républicains), de poursuivre : « L’activité essentielle de notre littoral, c’est la pêche. Comment ne pas entendre nos marins-pêcheurs et leurs cris de colère ? La flotte doit vivre. Elle fait partie de la culture de notre territoire. » La profession souffre déjà de la réduction de la zone de pêche du fait de la proximité de la centrale nucléaire de Penly, construite au début des années 1980.

Autre point sensible : la sécurité. « L’Agence Nationale des Fréquences a établi un rapport qui montre que les pales des éoliennes vont brouiller les fréquences des radars. C’est un problème de sécurité majeur sur lequel je n’ai jamais réussi à me faire entendre », déplore Gérard Bilon, président de l’association Sans offshore à l’horizon. Le CRPMEM craint aussi « les risques liés à la navigation dans ce secteur fréquenté par des navires de tous ordres (y compris de commerce), et proche du dispositif de séparation de trafic ».

 

> Paysage

Le projet divise, donc, mais pas seulement sur le front de l’emploi. Les opposants redoutent aussi la nuisance visuelle qu’occasionnerait la présence de 62 éoliennes dans la ligne d’horizon. Le maître d’ouvrage a fait réaliser une série de photomontages afin de simuler l’impact visuel du parc éolien. En prenant de la hauteur, les Tréportais peuvent déjà apercevoir dans les terres, à 9 kilomètres de la ville, une dizaine d’éoliennes de cent mètres de haut. « Les habitants du Tréport, qu’ils soient présents à l’année ou en résidence secondaire, n’ont pas choisi de s’installer dans notre ville pour voir cela », avance-t-on à la mairie. « On nous propose de planter 62 tours Montparnasse [210 mètres] sur une superficie proche de celle de Paris [105 km²] », note, pour sa part Patrick, habitant de Mers-les-Bains, à l’issue du débat public du 23 juillet à Ault (Somme).

Installation des opposants au projet, à l’entrée de la plage du Tréport. Photo prise par moi-même.

Installation des opposants au projet, à l’entrée de la plage du Tréport. Photo prise par mes soins.

Magali Huc, responsable de l’office du tourisme du Tréport, explique : « Toute la journée, on assiste à un va-et-vient de bateaux de pêche, de croisière et de plaisance. C’est ce que les gens viennent voir en venant ici ! » Et pour cause, la petite cité maritime est forte d’une soixantaine de bateaux qui ramènent sur terre près de 7.000 tonnes de poisson par an. Une activité génératrice de 11 millions d’euros par an. « L’altération du paysage, dans une région touristique à forte attractivité liée à ces paramètres naturels, n’est pas négligeable », ajoute-t-elle. Une crainte d’autant plus légitime que Le Tréport, classé station balnéaire depuis 1962, est connu pour disposer des plus hautes falaises de craie d’Europe.

Le maire de Mers-les-Bains, commune voisine du Tréport, est sans doute l’un des élus les plus farouchement opposés au projet. « Je rappelle que la ville de Mers-les-Bains, dont l’identité culturelle et patrimoniale est reconnue à travers la protection de son secteur sauvegardé depuis 1986 et son classement en station balnéaire et touristique depuis 2009, s’est engagée dans une politique active de protection de son patrimoine et de développement touristique dynamique », explique Emmanuel Maquet. Et d’ajouter :« Indéniablement, cette dynamique serait cassée par l’implantation de ce parc éolien à 15 kms de notre splendide front de mer. Il est difficile d’imaginer la compatibilité entre notre exigence auprès des propriétaires pour la préservation des architectures belle-époque et l’acceptation de ce projet industriel défigurant notre horizon. » Malgré tout, certains défenseurs du projet s’attendent à ce que les éoliennes, en devenant des attractions touristiques, développent un « tourisme industriel ».

 

> La Normandie veut montrer l’exemple en matière d’énergie éolienne

Le maître d’ouvrage, les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) locales et plus globalement les initiateurs du projet, mettent en avant les bienfaits du projet sur l’emploi et la transition énergétique. La Région Haute-Normandie est « déterminée à devenir une des premières Eco-Régions de France » grâce à l’hydrolien et l’éolien en mer. Du côté des politiques, les élus Europe-Ecologie – Les Verts (EELV) de Haute-Normandie, qui estiment que « la France est aujourd’hui enfermée dans un modèle énergétique dépassé et dangereux », sont favorables au projet. Ils alertent néanmoins sur la nécessité de « minimiser les impacts environnementaux du projet ».

Les associations de défense de l’environnement voient également ces projets d’un bon œil. « Il ne sera pas possible de faire face au défi climatique sans l’offshore. Le développement de parcs éoliens en mer est nécessaire à la transition écologique que nous appelons de nos vœux en offrant une alternative aux fossiles et à l’atome en complément d’une maîtrise indispensable de la demande d’énergie en France et en Europe », estime le collectif antinucléaire Stop-EPR ni à Penly ni ailleurs. Lequel voit dans ce projet « éthique et favorable à la justice environnementale » l’occasion pour la France de rattraper son retard sur ses voisins européens concernant l’énergie éolienne. Même avis, quoique plus modéré, de la part de Haute-Normandie Nature Environnement, qui « soutient le développement des énergies marines renouvelables, y compris au large de nos côtes, mais pas dans n’importe quelles conditions et pas à n’importe quel prix pour l’environnement ». L’association exige que la doctrine « Eviter, réduire, compenser » soit strictement respectée.

La municipalité de Dieppe est favorable au projet seulement « s’il se concrétise par une incidence sur l’emploi local et les formations ». Elle souhaite « inscrire ce projet dans une vision plus large de réflexion sur le devenir du territoire », notamment en engageant des programmes d’investissement importants en termes d’accessibilité : modernisation de la ligne ferroviaire Dieppe – Rouen, amélioration des routes, maintien de la ligne Transmanche, déploiement du numérique.

 

> Six projets au large des côtes normandes

projets-de-parcs-eoliens-en-france_5387843-1024x933.jpg

Crédits : France Energies maritimes

Six projets incluant près de 200 éoliennes : la Normandie veut se donner les moyens de ses ambitions. Leur mise en service serait accompagnée par la création de 1.500 emplois directs et 4.500 emplois indirects (chez des sous-traitants) pendant toute la durée d’exploitation des parcs, soit pendant 20 à 25 ans. Pour assurer la maintenance et l’exploitation du site de Dieppe – Le Tréport, 125 emplois directs seraient pourvus et préservés jusqu’au démantèlement des parcs prévu dès 2041. Mais c’est la fabrication des éoliennes qui générerait le plus d’emplois : les quatre usines d’assemblage (au Havre et à Dunkerque) se répartiraient 750 postes.

A une quinzaine de kilomètres des côtes de Fécamp, un projet initié par un consortium mené par EDF Energies Nouvelles prévoit l’installation d’un parc d’une superficie de 67 km² comportant 83 éoliennes. La population est actuellement consultée et a jusqu’à la fin septembre pour exprimer son avis. Pour anticiper le coup, une formation dédiée à l’éolien sera proposée dès cette rentrée au lycée Descartes-Maupassant de Fécamp.Une éolienne grandeur nature venue du Danemark a même été installée dans l’enceinte de l’établissement. Depuis le 17 mai, des navires sondent les fonds marins sur la zone définie afin d’en définir la nature. Si le délai est respecté, les hélices devraient commencer à tourner à compter de 2018.

En Basse-Normandie, dans les environs de Ouistreham, on oeuvre aussi, déjà, à développer les énergies renouvelables. « Comme à Fécamp, nous sommes partis sur de l’éolien offshore, au large de Courseulles-sur-Mer », explique son maire Romain Bail (Les Républicains). « Un parc de 75 éoliennes, dont le site de pilotage sera basé à Ouistreham. Ce n’est que le début pour faire de la Normandie un territoire fort en énergies propres. »


 Article publié sur mon blog, leflambo.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.