Le 1er Conseil municipal de « l’Après » dans la 5ème Ville de France

Avec près de 20% des voix, Nice écologique obtient le meilleur score national des listes 100% écologistes des villes de plus de 15 000 habitants : la 5ème commune de France peut devenir un véritable modèle environnemental, économique et social.

Parce que l’impensable est possible

Qui aurait cru, qu’il y ait lieu, à Nice, de tels attentats terroristes ? Ils étaient impensables, ils ont eu lieu. Qui aurait cru que nous soyons confinés pendant 2 mois ? C’était impensable et cela a eu lieu…

Que peut-il se passer à Nice ? Il peut se passer une grave crise alimentaire, c’est impensable, mais possible. Il faut tendre vers une autonomie alimentaire en développant la bio-agriculture, les circuits court et la potagérisation urbaine. Une crise énergétique aussi est possible, nous avons donc à isoler les constructions pour créer des emplois, résoudre le problème de 30% de Niçois en précarité énergétique et cela coûte 0, puisqu’en 15 ans l’investissement initial est remboursé par l’économie d’énergie. Je tiens à ce que nous prévoyons ces crises. Ce conseil a également été une occasion de souligner que ce qui est vital, est rare. 11% seulement des terres émergées dans le monde sont arables. La terre cultivable est rare, il faut la préserver et rappeler aussi que seuls 2,5% de l’eau de la planète est potable.

Nous souhaitons que Nice devienne vraiment, un modèle écologique et notre Conseil Municipal a une immense responsabilité. Nous serons une opposition vigilante mais constructive, respectueuse et très active. Nos priorités sont l’environnement, le social, la démocratie locale et par conséquent, la qualité de vie des Niçoises et des Niçois..

------------------------
Ces élections se sont déroulées dans un contexte unique de crise sanitaire mondiale. Un contexte, difficile pour chacun, qui a néanmoins permis de prendre collectivement conscience de l’impact d’un déséquilibre environnemental sur la santé.
A Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Toulouse, Clermont Ferrand, Grenoble…. les élus écologistes sont désormais présents dans le paysage politique Français. Une véritable révolution socio-culturelle souhaitée par les citoyens.

Avec près de 20% des voix à Nice, nous avons, grâce aux électeurs et à l'ensemble de mes colistiers, que je remercie, tenu nos promesses électorales et obtenu le meilleur score national des listes 100% écologistes dans les villes de plus de 15 000 habitants.
Bien que 5ème de France, cette ville affiche des résultats socio-économiques « préoccupants » : endettement, niveaux de revenus en deçà de la moyenne nationale, taux de pauvreté et insécurité des quartiers en augmentation, manque d’autonomie alimentaire et énergétique…

Ce vendredi 3 juillet, j’ai réitéré mon souhait, lors de ce 1er Conseil Municipal de « l’Après », de mener dans cette 2ème Région la plus touristique de France et grâce au soutien des citoyens et des élus de ma liste*, de véritables changements sur ce volet de l’écologie politique.

Extraits des 1ères propositions écologiques émises en hémicycle

Concernant les Commissions, Jean Christophe Picard, ex-Président de la célèbre association anti-corruption et 5ème élu de la liste a émis publiquement deux observations :

« Je rappelle que la Commission Consultative des Services publics locaux est effectivement obligatoire et doit être ouverte aux représentants d’associations locale. Nous aurions souhaité une certaine transparence sur les critères de sélection, sur la procédure de désignation de ses représentants et que, l’opposition soit associée à cette procédure. Par ailleurs, Monsieur Le Maire, dans le règlement de cette commission, vous prévoyez que la CCSPL se réunirait au moins une fois par an, permettez-moi d’espérer que cela soit un peu plus fréquent…/
Enfin, ma 2ème observation porte sur la Commission de Contrôle Financier, obligatoire pour les communes de plus de 75 000 euros de recettes.../ Cette Commission n’existait pas jusqu’à maintenant à Nice, alors même que cette obligation date du décret du 30.10.1935, nous nous félicitons que la municipalité se mette en conformité avec la Loi, sans doute inspirée par le programme de Nice écologique. »

Juliette Chesnel-Le Roux, ma Co-tête de Liste a proposé ensuite, d’autres commissions majeures :

• Une commission consultative d’évaluation et de Contrôle des Marchés Publics, qui existait déjà ;
• Une Commission de surveillance des dépenses liées à la communication, voyages et frais de bouche, à créer ;
• Un Comité consultatif sur la politique environnementale « composée d’élus, de citoyens tirés au sort et d’associations. Ce Comité permettrait de s’assurer que nous répondons à la motion d’urgence climatique et de suivre les avancées du Plan Climat, elle vérifierait l’impact des projets municipaux sur la SANTE, sur la qualité de l’air, sur notre autonomie alimentaire, en un mot de répondre à nos engagements. puisque les scrutins nationaux ont montré l’intérêt des français pour l’écologie ».

Ce moment marque une page de notre histoire, à suivre…

                                                                                                                                                                                               Jean Marc Governatori

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.