Faire la bombe n'est vraiment pas une fête!

Quelques questions naïves dans ces temps difficiles...

 

Ne serait-ce pas facile de ne plus larguer de bombes? Ne serait-ce pas  facile de ne plus en acheter? De ne plus en vendre?  De ne  plus en fabriquer? 

Et ces bombes, rêvons un peu, si on ne les avait pas fabriquées,  vendues, achetées, larguées,   combien de morts, on aurait évités au Yemen, en Syrie?

Et si cette formidable énergie, rêvons encore, ce savoir, cette logistique , cette intelligence mise à tuer des gens, on l’ avait consacrée à les soigner,  combien de vies, en plus, on aurait sauvées?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.