Nouveau système bancaire en Serbie, avec une loi précisant que les banques travailleront exclusivement et uniquement pour le bien du pays et de ses citoyens.

Par Margarita Isidorou (avec des arrangements du traducteur)

Les socialistes de Serbie ont abandonné début août le système bancaire version modèle européen, provoquant des protestations véhémentes au sein de l'Union européenne et du Fonds monétaire international. Le président de la Banque centrale de Serbie, Dejan Soskica, a démissionné alors que son mandat prenait fin en 2016. En Europe et en particulier dans les Balkans, voici la première réponse et réaction politique à la dictature de la finance, obtenues grâce à une loi adoptée par le parlement serbe.

L’information n’est pas révélée par les médias, qui finiront peut-être par parler de ce mouvement serbe de révolte, étant donné que le FMI s’est maintenant exprimé publiquement contre une loi serbe pourtant adoptée par un vote démocratique, et contre le Premier ministre socialiste Dacic Ivica.

Avec la nouvelle loi, la Banque de Serbie devra désormais travailler dans l'intérêt de l'économie nationale et des besoins du peuple serbe et pourra ne pas observer les décisions de la Banque centrale européenne, du FMI et des spéculateurs internationaux !

Il s’agit d’une action du Parlement serbe qui défend l'ensemble du pays et il semble finalement assez naturel de voir réagir l'Union européenne et le FMI, qui estiment que la Serbie bouleverse littéralement la « stabilité » du système bancaire international ! […]

La décision de la Serbie montre qu'il y a toujours des gens, en marge du système, qui osent s'opposer aux dogmes européens et au système financier actuel.

Source : http://filologos10.wordpress.com/2012/08/20/βόμβα-της-σερβίας-στο-τραπεζικό-σύστη/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.