jean-marie charron
retraité
Abonné·e de Mediapart

993 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2015

Appel à vigilance

jean-marie charron
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Edwy plénel, dans son long article : « l’idéologie meurtrière promue par Eric Zemmour » lance un cri d’alarme. Car les thèses défendues par l’humoriste Zemmour et ingérées par de plus en plus de gens déboussolés et impatients d’en découdre avec n’importe qui,  sont les mêmes qui allument le brasier des guerres.

Les feux attisés ça et là aujourd’hui et qui déciment les populations innocentes ne demandent qu’à enflammer le reste de la planète avec le même enthousiasme que lors des précédents conflits mondiaux.

Ceux qui se disent pacifistes ont intérêt et à prendre très au sérieux les arguments des bellicistes, et à étayer solidement leurs propres arguments, car il faut savoir que les démonstrations intellectuelles, pour convaincre, doivent s’adresser à l’intelligence des foules mais aussi à leur cœur et que dans cette joute entre argumentaires opposés tous les coups sont permis, or les bellicistes racistes se montrent spécialistes de coups tordus. Par exemple, ils détournent le chants des partisans à la si profonde résonnance pour ceux qui ont combattu le nazisme en un hymne à la haine, ils transforment notre laïcité libérale en une laïcité sectaire.

Ainsi le combat que veulent mener ces adeptes de « la pureté de la race », de « la France aux Français » sous le prétexte du danger que serait «  Le grand remplacement », slogan inventé par Renaud Camus, se concrétisera, selon eux, par la remigration. Or lorsqu’il est demandé à R. Camus ce qu’il entend par là, l’intellectuel qu’il est et qui de ce fait ne se salit pas les mains, parle d’« opération chirurgicale », quant au détail, se renseigner auprès du « bloc identitaire », les opérationnels, comme pouvaient l’être les nazis.

Le grand remplacement est le slogan par lequel ces xénophobes disent leur crainte de voir la population « de souche » remplacée par les arabes, les africains, et surtout, ô horreur, par les musulmans. Ainsi les gens « bien de chez nous » seraient mis à la porte pas les autres ou seraient gardés en tant que larbins.

Cette peur se réfère à des idées qui sont en contradiction totale avec la déclaration universelle des droits de l’homme.

Si on est d’accord avec cette déclaration et les chartres qui l’accompagnent, le devoir de chaque citoyen est de dénoncer les idées des Camus, Finkielkraut, Houellebecq, Zemmour et compagnie.

Dénoncer les idées, mais respecter les personnes qui les défendent et se trompent, souvent en toute bonne foi.

Il suffit de lire la vidéo relatant la cérémonie du souvenir de Dominique Venner; qui s'est suicidé pour l'honneur à Notre Dame de Paris. Une assemblée des personnes  convaincues de défendre des valeurs menacées, notamment le personnalisme chrétien, se trompent en prônant la haine de ceux qui ne leur ressemblent pas.

En ce début d’année, si nous voulons sincèrement souhaiter à nos proches « bonne année, bonne santé », sachons que nous souhaitons alors qu’entre les peuples une paix durable s’établisse. Soyons donc vigilants face aux thèses bellicistes de l’extrême droite.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Mélenchon et Marseille : l’histoire d’un rendez-vous manqué
Il y a cinq ans, son élection comme député dans la deuxième ville de France avait généré beaucoup d’espoir au sein d’une gauche locale en mal d’incarnation. Mais entre désillusions réciproques et choix stratégiques divergents, la greffe de l’Insoumis au sein de la gauche marseillaise n’a pas pris. Récit en trois actes.
par Pauline Graulle et Coralie Bonnefoy (Marsactu)
Journal — Europe
Bruxelles vole au secours des travailleurs « ubérisés »
La Commission européenne propose de considérer que les chauffeurs VTC et autres livreurs à vélo ne sont pas des travailleurs indépendants, mais des salariés des plateformes numériques avec qui ils travaillent. Une prise de position puissante, et opposée à celle de la France, qui prend en janvier la présidence de l’Union européeenne.
par Dan Israel
Journal
Attendre les vaccins français (Sanofi ou Valneva) : pourquoi c’est une fausse bonne idée
Plus d’un an après les premiers vaccins contre le Covid-19, ceux des firmes françaises devraient arriver sur le marché début 2022. Pas sûr que leur composition convainque les plus réfractaires à recevoir leur première injection.
par Rozenn Le Saint
Journal — Industrie
Colère à la SAM, fonderie abandonnée par Renault et l’État
Lâchés par le constructeur automobile, qui a refusé de soutenir un ultime plan de reprise, et par le gouvernement, qui avait promis des millions d’euros, les 333 ouvriers de la fonderie de Viviez-Decazeville s’apprêtent à passer les fêtes dans leur usine occupée. Un baroud d’honneur.
par Nicolas Cheviron

La sélection du Club

Billet de blog
Alprazolam Team
Les travailleurs sociaux ont appris à faire face aux difficultés des publics accompagnés. C'est même leur raison d'être. S'ils ne réussissaient pas à le faire, ils n'auraient rien à faire là ! Ce qui les mine, ce sont, à l’image des soignants de l'hôpital public ou du monde la justice, leurs conditions de travail. En réduisant l’État social, ce sont ses acteurs qu’on pousse au bord du gouffre.
par lien-social
Billet de blog
À Montpellier, le secteur médico-social en colère dénonce l'incurie de l'État
Le médico-social se mobilise nationalement ce mardi 7 décembre pour tirer le signal d'alarme sur une situation de précarité dramatique et exponentielle, dont les effets ne peuvent être endigués par des conditions d'exercice toujours plus difficiles. À Montpellier, la mobilisation s'inscrit dans un contexte marqué par la politique d'expulsions du préfet Hugues Moutouh.
par lamuledupape
Billet de blog
Éduquer et soigner, malgré tout
Ce mardi 7 décembre, le médico-social a chaussé ses meilleurs souliers pour défiler ; montrer qu’elles et ils existent et luttent quotidiennement pour assurer leurs missions. Nous avons rencontré ces professionnel.le.s et avons découvert une mosaïque non exhaustive des métiers de l’éducation, de l’accompagnement, au travers de ces récits pluriels. Avec un constat hélas unanime : la galère.
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Travail social : « le fil ténu d’une humanité qui s’étiole »
Le 7 décembre, c’était journée d’actions dans toute la France dans le secteur du travail social et médico-social. Les mots d’ordre portent sur les conditions salariales, actuellement désastreuses, sur le fonctionnement du secteur qui va à vau-l’eau. Mais aussi sur le sens de l’action menée, alors que l’État et les médias, le plus souvent, ignorent ou méprisent cette activité sociale fondamentale.
par YVES FAUCOUP