Jean-Marie GRASSI
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2019

La retraite, le sujet qui fâche aujourd’hui.

Je suis de ceux que le président et ses sbires, appelle la France laborieuse, ces gens qui ne sont rien ! Nouvelle lettre d’un citoyen ordinaire, ces Gens qui ne sont rien, sur la reforme de la retraite, le sujet qui fâche aujourd’hui.

Jean-Marie GRASSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Je suis de ceux que le président et ses sbires, appelle  la France laborieuse, ces gens qui ne sont rien !

 Nouvelle lettre d’un citoyen ordinaire, ces Gens qui ne sont rien, sur la reforme de la retraite, le sujet qui fâche aujourd’hui.

 Après des semblants de négociation, et le début d’un mouvement social de grande envergure, le seul point que retiennent les politiques, et les journalistes c’est l’âge pivot fixé à 64 ans

 Pourtant ce n’est pas le seul élément à prendre en compte.

En effet, par exemple ce gouvernement prétend que la reforme proposée ne s’appliquera que pour les personnes nées après 1975.

 Premier mensonge, si vous liez bien le texte proposé cette reforme s’appliquera dès l’année de naissance 1960, avec 4 mois de plus à travailler.

Cette durée du temps de travail ira en augmentant jusqu’à 24 mois pour les personnes née en 1975.

Pour pouvoir partir à 64 ans, vous devrez avoir commencé à travailler avant 20 ans sinon vous aurez droit à une décote car vous n’avez pas cotisé tous vos trimestres …

Autre petit oubli, qui aura de grandes conséquences, la pension de réversion, pour les personnes divorcées, qui disparaitra totalement, plongeant ainsi une multitude de divorcés (ées) dans la misère à la retraite, faisant ainsi ce gouvernement semble ignorer qu’un mariage sur deux finit par un divorce, ou plutôt profite de cela pour plonger dans la misère une grande partie de la population retraitée future.

Un au détail qui a son importance, les 1000 euros minimum promis par le président et son gouvernement, avec le petit astérisque, si et seulement si vous avez une carrière complète,

Ce gouvernement ignore que la précarité et le chômage ronge notre société pour les plus grands profils du grand patronat.

Qui pourra prétendre à 1000 euros avec des périodes de chômage dans sa carrière, pratiquement personne,

Décidément ce président et son gouvernement sont les rois des illusions

Un autre détail, les carrières longues, s’il y en a encore, vont passer aux oubliettes dans cette proposition de reforme des retraite, laissant sur le carreau encore quelques dizaines de futur retraité qui bien qu’ayant commencé très tôt ne pourront prendre leur retraite à la même date que les autres …

Si je soulève ce point c’est pour arriver à mon dernier point d’importance, la valeur du point de retraite :

Le premier ministre, affirme que la valeur du point ne pourra pas baissé car inscrit dans la loi

Comment pouvons-nous croire à ce mensonge éhonté, car avec sa nouvelle loi il fait disparaître par exemple le dispositif carrières longues …

Chacun sait quelle est la valeur de la parole politique,

Nous ne pouvons avoir aucune confiance, car le prochain premier ministre dira que ce n’était pas ses promesses, ainsi est cette caste politique la noblesse aux ordres de Jupiter et du grand capital

Toute cette classe politique est corrompue et se moque éperdument de La France den Bas

Les politiques prétendent nous faire travailler de plus en plus vieux, mais ils ne savent même pas ce qu’est le travail, ni la pénibilité au travail,

Ils semblent ignorer que le patronat ne veut plus des anciens au travail, car non productifs, ou trop cher,

Ces personnalité politiques ne savent que mentir et ne pense qu’à leur intérêts personnels

Le président des ultras riches a décidé de détruire tout le système social Français, que ses amis de la finance n’ont jamais accepté

Ce président prétendait en 2017 faire la rupture avec l’ancien système, mais en réalité a remis un très ancien système en place, celui des temps de Germinal, et veut parfaire son projet en menant les forces vives de la nation à mourir au travail, le rêve des grands patrons du CAC 40

 En quelque sorte, ce qu’il met en place par cette reforme c’est libéralisme, inégalité rentabilité,

N’oublions pas que les milliardaires français ont vu leur fortune augmenter exponentiellement depuis l’arrivée du jupitérien président, bien plus qu’ailleurs dans le monde

N’oublions pas que la fraude fiscale représente un pactole de plus de 100 milliards mais ce n’est pas la priorité de ce gouvernement

N’oublions pas que ce président à supprimé l’ISF, et pour compenser a baissé des aides sociale

N’oublions pas que le frère d’un des membres du gouvernement est un dirigeant d’un fond de pension, ces fonds de pension qu’ils veulent nous imposer par cette reforme

N’oublions surtout pas les régimes spéciaux que ce gouvernement à l’écoute de Jupiter ne vas pas toucher :

Le régime de retraire des députés

Le régime de retraite des sénateurs

Le régime de retraite des anciens présidents

Et pour protéger leurs acquis ces politicards ne toucheront pas au régime de retraite des policiers pour qu’ils continent à les servir face à la grogne de la France d’en Bas

La fin des privilèges que ce gouvernement et les journalistes inféodés à la finance, prétendent vouloir faire disparaître est en réalité une grande mascarade qui prêterait à sourire si cela n’avait pour conséquences de plonger des générations futures dans un dénuement total lorsque qu’ils prendront de l’âge

Cette reforme c’est travailler plus longtemps pour gagner moins cela ne vous rappelle personne

Cette reforme ou plutôt cette mise à mort est inacceptable

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report