Jean-Marie GRASSI
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mars 2020

Et la morale dans tout cela

Jean-Marie GRASSI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le président

Permettez moi de vous adresser ce message, via votre épouse, je n’ose croire que vous n’écouterez pas celle-ci, en cette difficile période

 Je voulais prendre position dans ce qui ressemble de plus en plus à un scandale d’état : La gestion de la crise sanitaire due au corona virus

 Loin de moi de vouloir prendre une position scientifique, je n’en n’ai pas les compétences, encore moins de vous donner des conseils, je ne pense pas avoir toutes les données pour cela.

 Par contre il est un domaine, ou personne n’a encore pris position : La morale

Oui monsieur le président la gestion de cette crise devenue institutionnelle, se place maintenant bien au dessus des domaines scientifiques ou politique.

S’il est un domaine, ou ni la science, ni la politique ne prévoient c’est bien la morale. Car celle-ci est bien supérieure à toute volonté de résumer une solution à ce problème du covid-19, à une approche scientifique empirique ou méthodique du traitement à suivre

 A mon humble avis, la solution se trouve dans la morale :

Pouvons nous laissez se noyer des personnes sous le prétexte que les bouées de sauvetage n’ont pas encore été homologuée.

La morale pourrait à elle seule apporter une solution pragmatique à cet effondrement de la nation devant cette entité microscopique qu’est le corona virus qui a totalement détruit la confiance envers le gouvernement dans la gestion de cette pandémie

 Je pense que vous partagerez mon avis, bien que n’ayant pas juré d’être fidèle au serment d’Hippocrate, il faut tout faire pour sauver des vies…

 Vous l’affirmez vous-même nous somme en guerre.L’heure est grave, s’il est un combat à ne pas perdre c’est celle de la moralisation de la vie politique, qui est en train se partir en vrille, entraînant la nation et l’Europe dans sa chute, vaincue par un microbe.Dans cette bataille contre l’invisible, il est parfois des décisions à prendre qu’un chef digne de ce nom doit prendre parfois contre l’avis de son entourage au nom de la morale.

Car seule cette morale  décidera du devenir de la France, et de l’Europe, permettant de rassembler le peuple tout entier dans un élan communautaire.

 Si vous décidez de prendre en compte la seule antidote actuellement connue sur le marché, personne, je pèse mes mots, personne ne pourra vous reprocher d’avoir oser envoyer une bouée de sauvetage, même si celle-ci n’as pas été validée par des test.

Par contre si vous attendez que les tests soient réalisés vous risquez d’avoir des morts inutiles sur la conscience

 La réalité de la crise est à l’épreuve de la morale. Seule celle-ci nous donnera le chemin à suivre, même si pour cela nous devons tourner le dos aux habitudes acquises

La renonciation à cette morale entraînerait  des conséquences telles, que la chute n’en serait que plus dure.

La prise de conscience est certes difficile, mais la réflexion menée à partir de ces trois catégories qui aujourd’hui doivent se rejoindre : 

Il faut refuser la référenciation, face à l’épreuve de la problématique du sujet sur le terrain

La généralisation ne doit pas être la norme.

 Faire un état des lieux, repérer les solutions permettant une sortie rapide de la crise, pour préserver au mieux la société et surtout les gens.

 Devant l’inconcevable, prendre le problème du point de vue moral, et faire tout notre possible pour éviter des morts inutiles.

A ce titre vous et vous seul avez le pouvoir, et le devoir de dire stop cela suffit

Pour éviter la saturation des services de réanimation des hôpitaux, nous avons une solution acceptable, les autres étant encore à l’étude, il est temps d’agir contre cet ennemi invisible qui détruit les bases de notre société, à savoir la confiance

Personne ne vous reprochera d’avoir osé, pour sauver des vies, pour cela la morale aura triomphé

Respectueusement

Un citoyen parmi tant d’autres …

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato